Des travailleurs d’un musée de Nanjing, dans la province du Jiangsu, ont récemment confirmé l’identité de trois soi-disant femmes réconfortantes qui ont été contraints à l’esclavage sexuel après avoir été capturés par l’armée impériale japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale dans la province du Hunan.

Aux stations de confort Nanjing Liji Lane Site Museum – une branche de la salle commémorative pour les victimes du massacre de Nanjing par des envahisseurs japonais – les travailleurs ont confirmé trois femmes maltraitées, surnommée Fang, 101 ans; Ou, 95 ans; et Shen, 91 ans.

Lire aussi : Les « femmes de réconfort » ne sont pas oubliées ce 8 mars

Fang et OU n’ont pas eu d’enfants, tandis que Shen ne s’est jamais marié. De plus amples détails à leur sujet ont été mis sous silence à la demande de proches.

Les « Femmes de réconfort » (慰安妇 ) est un terme employé au Japon à propos des victimes, souvent mineures, du système d’esclavage sexuel de masse organisé à travers l’Asie par et pour l’armée et la marine impériales japonaises, particulièrement durant la Seconde Guerre mondiale.

L’emploi de ce terme est fortement contesté par les organisations qui exigent du Japon des excuses formelles et des réparations, et préfèrent le terme non édulcoré d' »esclaves sexuelles ».

Les femmes reconnues en Chine

En août 2021, la Chine continentale compte à ce jour 14 « femmes de réconfort », a annoncé le Centre de recherche sur les femmes de réconfort de l’Université normale de Shanghai.

Cette annonce est intervenue lors du 9ème Jour mémorial international des « femmes de réconfort ». En mai 2021, trois anciennes victimes ont été ajoutées à la liste des « femmes de réconfort » après la confirmation par des chercheurs de leurs expériences grâce à des visites sur place et des contre-interrogatoires.

« L’une des femmes âgées a tremblé et pleuré en évoquant le passé. Elle est toujours hantée aujourd’hui par les cauchemars », a indiqué Chen Lifei, professeur à l’université et membre de l’équipe de recherche du centre.

Le centre a mis en place un fonds pour apporter une aide à ces victimes et soutenir les recherches pertinentes. Des recherches ont montré qu’environ 400.000 femmes en Asie ont été forcées de devenir des « femmes de réconfort » pour les armées japonaises durant la Seconde guerre mondiale, et qu’environ la moitié d’entre elles étaient chinoises.