vendredi, juin 14

Un BRICS élargi signifie-t-il quelque chose ?

De Project Syndicate, par Jim O’Neill – Lorsque j’ai inventé l’acronyme BRIC en 2001, mon argument principal était que la gouvernance mondiale devait s’adapter pour intégrer les plus grandes économies émergentes du monde. Non seulement le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine sont en tête de liste de cette cohorte, ils étaient également collectivement responsables de gouverner près de la moitié de la population mondiale. Il va de soi qu’ils devraient être représentés en conséquence.

Au cours des deux dernières décennies, certains ont interprété à tort mon article initial comme une sorte de thèse d’investissement, tandis que d’autres l’ont interprété comme une approbation des BRICS (l’Afrique du Sud a été ajoutée en 2010) en tant que groupe politique. Mais je n’ai jamais eu l’intention d’une telle chose. Au contraire, depuis que les ministres des Affaires étrangères du Brésil et de la Russie ont proposé l’idée de créer un groupe politique formel BRIC en 2009, j’ai remis en question le but de l’organisation, au-delà de son rôle symbolique.

Maintenant que les BRICS ont annoncé qu’ils ajouteraient six pays supplémentaires – l’Argentine, l’Égypte, l’Éthiopie, l’Iran, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis – je pose à nouveau la question. Après tout, la décision ne semble pas avoir été prise sur la base de critères objectifs clairs, encore moins économiques. Pourquoi, par exemple, l’Indonésie n’a-t-elle pas été interrogée ? Pourquoi l’Argentine et pas le Mexique, ou l’Éthiopie et pas le Nigeria ?

De toute évidence, le pouvoir symbolique des BRICS va croître. Le groupe a pu exploiter les soupçons des pays du Sud selon lesquels les organisations de gouvernance mondiale de l’après-Seconde Guerre mondiale étaient trop occidentales. Elle a parfois pu se présenter comme la voix du monde émergent et en développement – ​​une catégorie qui exclut bien entendu les États-Unis et d’autres économies avancées. Dans la mesure où il a rappelé à tous que la structure des institutions internationales ne reflète pas les changements économiques mondiaux des 30 dernières années, il a réussi.

Il est vrai qu’en termes de parité de pouvoir d’achat, les BRICS sont légèrement plus grands que le G7. Mais comme leurs monnaies s’échangent à des prix bien inférieurs à leurs niveaux implicites en PPA, le groupe reste nettement plus petit que celui des économies avancées, lorsqu’on le mesure en dollars américains nominaux courants.

Il est également vrai que la Chine s’est solidement imposée comme la deuxième économie mondiale. En termes nominaux , son PIB est plus de trois fois supérieur à celui du Japon et de l’Allemagne, et environ 75% de celui des États-Unis. Pendant ce temps, l’Inde connaît une croissance rapide et cherche désormais à devenir la troisième économie mondiale d’ici la fin de cette décennie. Mais aucun des autres BRICS n’a réalisé d’aussi bons résultats que ces deux-là. Le Brésil et la Russie représentent à peu près la même part du PIB mondial comme ils l’ont fait en 2001, et l’Afrique du Sud n’est même pas la plus grande économie d’Afrique (le Nigeria l’a dépassée).

Bien entendu, certains membres du G7 sont dans le même bateau. L’Italie et le Japon n’ont enregistré pratiquement aucune croissance depuis de nombreuses années, et le Royaume-Uni est également en difficulté. Tout comme la Chine domine les BRICS en étant deux fois plus grande que tous les autres pays réunis, les États-Unis sont désormais plus grands que le reste du G7 réuni. L’Amérique et la Chine dominent leurs groupes respectifs encore plus que par le passé. Ce que suggèrent ces dynamiques, c’est que ni le G7 ni les BRICS (élargis ou non) n’ont beaucoup de sens pour relever les défis mondiaux d’aujourd’hui. Ni l’un ni l’autre ne peut faire grand-chose sans la participation directe et égale de l’autre.

Ce dont le monde a réellement besoin, c’est d’un G20 ressuscité, qui comprend déjà tous les mêmes acteurs clés, ainsi que d’autres. Il reste le meilleur forum pour aborder des questions véritablement mondiales telles que la croissance économique, le commerce international, le changement climatique, la prévention des pandémies, etc. Bien qu’elle soit aujourd’hui confrontée à des défis importants, elle peut encore retrouver l’esprit de 2008-2010, lorsqu’elle coordonnait la réponse internationale à la crise financière mondiale. À un moment donné, les États-Unis et la Chine devront surmonter leurs divergences et permettre au G20 de retrouver sa position centrale.

Quant aux BRICS, le groupe pourrait être plus efficace, à la marge, si ses membres clés étaient vraiment sérieux dans la poursuite d’objectifs communs. Mais la Chine et l’Inde sont rarement d’accord sur quoi que ce soit, et compte tenu de leurs relations bilatérales actuelles, aucune des deux ne sera probablement enthousiaste à l’idée que l’autre gagne plus d’influence au sein des principales institutions mondiales (à moins qu’elles ne soient également équilibrées).

Cela dit, si la Chine et l’Inde parvenaient à résoudre leurs différends frontaliers et à développer une relation constructive plus étroite, les deux pays en bénéficieraient, tout comme le commerce mondial, la croissance économique mondiale et l’efficacité des BRICS. La Chine et l’Inde pourraient coopérer dans de nombreux domaines, et de manière à influencer les autres BRICS et bien d’autres dans les pays du Sud.

Un problème majeur est la domination du dollar américain. Il n’est pas particulièrement sain que le monde soit aussi dépendant du dollar et, en corollaire, de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine. L’introduction de l’euro aurait pu diminuer la domination du dollar si les États membres de la zone euro avaient accepté de permettre à leurs instruments financiers d’être suffisamment liquides et importants pour attirer le reste du monde.

De même, si l’un des BRICS – en particulier la Chine et l’Inde – entreprenait d’importantes réformes financières pour atteindre cet objectif, ses monnaies deviendraient presque certainement plus largement utilisées. Mais s’ils continuent à se contenter de se plaindre du dollar et de réfléchir de manière abstraite à une monnaie commune aux BRICS, il est peu probable qu’ils obtiennent grand-chose.

Jim O’Neill, ancien président de Goldman Sachs Asset Management et ancien ministre du Trésor britannique, est membre de la Commission paneuropéenne sur la santé et le développement durable.

Droit d’auteur : Syndicat du projet, 2023.
www.project-syndicate.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *