L’ingénieur a été arrêté en septembre 2018, soupçonné d’avoir collecté des informations personnelles sur huit citoyens américains afin de les communiqué aux services de renseignement chinois.

Venu aux États-Unis étudier l’ingénierie électrique, il a été jugé coupable d’avoir fourni des informations aux services secrets chinois sur des personnes d’intérêt à potentiellement recruter, a annoncé le 27 septembre le ministère américain de la Justice.

Après deux semaines de procès à Chicago, Ji Chaoqun, 31 ans, a été condamné pour avoir agi de façon illégale, comme agent non déclaré d’un État étranger, et pour avoir effectué des déclarations mensongères. Il risque jusqu’à dix ans de prison pour le premier chef d’accusation.

Ji Chaoqun est arrivé aux États-Unis avec un visa étudiant en 2013 et s’est par la suite enrôlé dans l’armée de réserve américaine. Il a été arrêté en septembre 2018, soupçonné d’avoir, à la demande des services secrets chinois, collecté des informations personnelles sur huit citoyens américains. Il s’agissait de ressortissants chinois ou taïwanais naturalisés, dont certains sous contrat avec le secteur de la Défense.

Selon le ministère de la Justice, il s’est rendu coupable de ces faits à la demande d’un «officier de haut rang des renseignements» au sein du ministère de la Sécurité d’État de la province du Jiangsu, une unité des renseignements chinois régulièrement impliquée aux États-Unis.

Selon les autorités américaines, les activités de Ji Chaoqun étaient apparemment liées aux tentatives chinoises, sur plusieurs années, de dérober des secrets commerciaux de l’entreprise GE Aviation, un des leaders mondiaux dans la fabrication de moteurs d’avions, et d’autres compagnies aériennes, dont des fournisseurs de l’armée américaine.

Un personnage important a été révélé dans ce dossier. Xu Yanjun, membre de cette unité du ministère de la Sécurité d’État de la province du Jiangsu, a été condamné par un tribunal fédéral américain en 2021 d’espionnage et de tentative de vol de secrets commerciaux. Il risque jusqu’à 15 ans de prison pour le premier chef et 10 ans pour le second. La décision concernant sa peine sera rendue le 15 novembre.