Trois navires des garde-côtes chinois sont entrés ce 28 septembre dans les eaux territoriales japonaises près des îles Senkaku et y sont restés plus de huit heures, un jour avant le 50ème anniversaire de la normalisation des relations diplomatiques entre la Chine et le Japon.

Les garde-côtes japonais ont déclaré que l’intrusion, la première depuis le 8 septembre, au large des îlots inhabités revendiqués par la Chine s’est produite vers 3h15 après que les navires ont suivi trois bateaux de pêche japonais.

Les navires de patrouille japonais ont ordonné aux navires chinois de quitter immédiatement les eaux près du Senkakus, longtemps une source de tension entre la Chine et le Japon, aucun des deux pays n’étant d’humeur à une grande célébration de l’anniversaire politique clé.

Tokyo a déposé une protestation sévère auprès de Pékin contre cette intrusion, qui viole le droit international, a déclaré à la presse un porte-parole du gouvernement japonais.

Décrivant l’action de Pékin comme « extrêmement regrettable et totalement inacceptable », le secrétaire en chef adjoint du cabinet, Yoshihiko Isozaki, a déclaré lors d’une conférence de presse que le Japon continuerait d’adopter une approche « calme et décisive » dans ses relations avec la Chine.

Les navires chinois ont quitté les eaux japonaises à 11h50 vers la zone dite contiguë, qui se trouve juste à l’extérieur des eaux territoriales, a indiqué la garde côtière.

Selon l’agence Kyodo News, la Chine a continué d’envoyer des navires dans les eaux autour des îlots, qu’elle appelle Diaoyu, en particulier depuis que le Japon en a acheté une partie à leur propriétaire privé japonais il y a dix ans.

Des navires chinois ont désormais été repérés près des îlots de la mer de Chine orientale, y compris dans la zone contiguë, pendant 14 jours consécutifs, selon les garde-côtes. En plus des trois navires, il a indiqué que trois autres navires chinois, dont deux semblaient être équipés de canons automatiques, ont été vus naviguant dans la zone.

Pendant ce temps, le ministère japonais de la Défense a déclaré qu’un total de sept navires chinois et russes naviguaient près des îles Izu, au sud de Tokyo, dans l’océan Pacifique.

Leur passage du 26 et 27 septembre s’inscrirait dans le cadre d’une patrouille conjointe. Le ministère a déclaré qu’il surveillait la situation car il pense que la Chine et la Russie ont intensifié leurs opérations coordonnées.

Pékin et Tokyo se disputent les îles inhabitées de Senkaku, qui, bien qu’elles soient sous contrôle japonais, la Chine revendique la souveraineté sur elles et les appelle « Diaoyu ».