samedi, mai 18

Un nouveau parc technologique en Angola.

Le 11 mars, la société de construction chinoise PAN-CHINA Construction Group a lancé les travaux de construction d’un parc scientifique et technologique à Luanda. Cette infrastructure sera inaugurée en août 2025.

La ministre angolaise de l’Enseignement supérieur, de la Science, de la Technologie et de l’Innovation, Maria do Rosário Bragança, a déclaré que le Parc scientifique et technologique de Luanda sera un point d’interaction pour le milieu universitaire, la recherche scientifique et le monde des affaires.

Présente lors de la cérémonie de pose de la première pierre de la construction de l’infrastructure, elle a également indiqué que ce parc s’inscrit dans le cadre du Projet de Développement de la Science et de la Technologie (PDCT).

La ministre a souligné que l’infrastructure permettra une nouvelle dynamique dans le système national de la science, de la technologie et de l’innovation. De son côté, le directeur exécutif de la Banque africaine de développement (BAD), Gérard Bussier, a salué l’investissement dans la science et la technologie que le gouvernement angolais fait, compte tenu de l’énorme potentiel de ressources inexploitées.

Les travaux de construction, d’une durée de 30 mois, ont coûté 35 millions de dollars, cofinancés par la Banque africaine de développement (BAD). Le contrat sera exécuté par PAN-CHINA GROUP, qui construira huit nouveaux bâtiments et une serre et réhabilitera 11 autres structures physiques.

La première phase du projet, qui sera conclue dans les 14 mois, comprend la réhabilitation du Centre national de la recherche scientifique (CNIC), la construction d’un nouveau bâtiment pour la Faculté des sciences sociales de l’Université publique Agostinho Neto, entre autres travaux.

Il s’agit du deuxième parc technologique construit à Luanda. Le premier a été financé par le géant chinois des télécoms Huawei, qui l’a inauguré en novembre 2022 avec le président angolais Joao Lourenço.

Huawei a ainvesti 60 millions de dollars dans ce parc technologique afin de promouvoir la formation de professionnels du pays et d’autres pays africains. Doté d’équipements de pointe, le complexe est situé dans la municipalité de Luanda à Talatona.

Lors de la cérémonie, le responsable transnational pour l’Afrique subsaharienne chez Huawei, Chen Lei, a évoqué l’intérêt commun de faire de l’Angola un pôle régional pour la promotion de l’économie numérique en établissant des infrastructures et en formant des talents, selon le site Afrique-Centrale.

de son c, le ministre des Télécommunications, des Technologies de l’information et de la Communication sociale, Mário de Oliveira, a salué les contributions de Huawei au développement national et la signature d’un protocole d’accord pour former des milliers de jeunes.

Selon l’accord, le nouveau centre de Huawei à Talatona formera 10 000 techniciens dans les spécialités les plus variées des télécommunications et des technologies de l’information d’ici 2027. La nouvelle infrastructure de Talatona est le troisième parc technologique de Huawei en Afrique, après ceux construits en Égypte et en Afrique du Sud.

Illustration :Chengdu, zone de haute technologie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *