« Un large rebond de l’épidémie de COVID-19 en Chine au cours des deux ou trois prochains mois est peu probable, car 80% de la population a déjà été infectée par le virus SRAS-CoV-2 », a déclaré le chef épidémiologiste du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CDC), Wu Zunyou.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a dit redouter une flambée épidémique en Chine avec les célébrations du Nouvel An, qui a commencé le 22 janvier.

Pour la première fois depuis 2020, les Chinois ne sont pas soumis à des mesures sanitaires strictes et des restrictions de mouvements après l’abandon par les autorités chinoises de la politique « zéro COVID ».

« Les déplacements importants pendant la période du Nouvel An chinois en cours pourraient favoriser la propagation de l’épidémie, augmentant les cas d’infections dans certaines régions, mais une deuxième vague de COVID-19 est peu probable à court terme », a assuré Wu Zunyou, sur le réseau social Weibo.

La Chine a indiqué avoir passé le pic de la vague épidémique et que près de 60 000 personnes atteintes de la maladie étaient décédées dans les hôpitaux entre le 8 décembre et le 12 janvier.

Certains experts estiment que ce dernier chiffre est largement sous-évalué, car les personnes décédées à domicile sont exclues du décompte et plusieurs médecins ont indiqué avoir été dissuadés de mentionner la COVID-19 comme cause de décès sur les certificats des patients.