Un scientifique australien défend le fonctionnement du laboratoire de Wuhan

par | Juin 29, 2021 | 2019-nCoV, Santé, SOCIETE

La virologue Danielle Anderson, la dernière et seule scientifique étrangère qui était dans le laboratoire BSL-4 de l’Institut de virologie de Wuhan jusqu’en novembre 2019, a démenti les informations concernant structure chinoise.

Encore présente quelques mois avant l’épidémie de Covid-19, apparue à Wuhan fin décembre 2019, elle a déclaré qu’elle croyait le nouveau coronavirus «était une infection naturelle acquise à un moment donné quelque part».

Laboratoire P4 de l’Institut de Virologie de Wuhan

Dans une interview exclusive accordée à l’agence Bloomberg, Danielle Anderson a évoqué son expérience au sein de l’Institut de virologie de Wuhan et a déclaré que «des demi-vérités et des informations déformées ont obscurci une comptabilité précise des fonctions et des activités du laboratoire», selon ECNS, qui reprend ses propos.

Danielle Anderson fait partie d’une douzaine d’experts nommés au sein d’un groupe de travail international en novembre 2019 pour étudier les origines du virus. Cette dernière a dit être restée silencieuse sur son expérience au laboratoire de Wuhan après avoir reçue des menaces des États-Unis début 2020, suite à la publication de fausses informations sur la pandémie publiées sur Internet.

Danielle Anderson, qui travaille actuellement au Doherty Institute for Infection and Immunity à Melbourne, en Australie, a commencé à collaborer avec le Wuhan Institute of Virology en 2016, alors qu’elle était directrice scientifique du laboratoire de biosécurité de la Duke-NUS Medical School de Singapour.

Cette dernière a travaillé par la suite au laboratoire de Wuhan tous les jours lorsque le virus maintenant connu sous le nom de SRAS-CoV-2 a commencé à se propager à la fin de l’année 2019. Elle était à proximité de nombreux autres scientifiques qui travaillaient à l’institut à ce moment là.

« Nous sommes allés dîner ensemble, déjeuners, nous nous sommes vus en dehors du laboratoire », a déclaré Danielle Anderson. Selon elle, personne n’était malade à la fin de l’année 2019. En outre, elle a déclaré qu’il existe une procédure pour signaler les symptômes qui correspondent aux agents pathogènes manipulés dans les laboratoires de confinement à haut risque.

« Si les gens étaient malades, je suppose que j’aurais été malade – et je ne l’étais pas », a-t-elle déclaré à Bloomberg. « J’ai été testé pour le coronavirus à Singapour avant d’être vacciné et je ne l’avais jamais eu. »

D’ailleurs, de nombreux collègues d’Anderson à Wuhan se sont rendus à Singapour fin décembre 2019 pour une conférence sur le virus Nipah. « Il n’y a pas eu de bavardage », a déclaré Anderson. « Les scientifiques sont bavards et excités. Il n’y avait rien d’étrange de mon point de vue à ce moment-là qui vous ferait penser que quelque chose se passe ici. »

Danielle Anderson a estimé que les spéculations et les accusations contre le laboratoire P4 de l’Institut de virologie de Wuhan «étaient déformées dans les médias».

Danielle Anderson s’est dite impressionnée par le fonctionnement du laboratoire et notamment lors du confinement biologique maximal de l’institut de Wuhan. Elle a déclaré que le laboratoire nécessite que l’air, l’eau et les déchets soient filtrés et stérilisés avant de quitter l’installation. Des protocoles et des exigences strictes sont en place, et les chercheurs doivent suivre 45 heures de formation pour être certifiés pour travailler de manière indépendante dans le laboratoire.

Selon Danielle Anderson, les scientifiques du laboratoire de Wuhan sont tenus de démontrer leur connaissance des procédures de confinement et leur compétence à porter des combinaisons à air comprimé.

Les scientifiques doivent également prendre à la fois une douche chimique et une douche personnelle avant de pouvoir quitter le laboratoire. La désinfection du laboratoire est effectuée et surveillée quotidiennement.

La virologue a indiqué avoir été tellement impressionnée par le protocole de sécurité du laboratoire de Wuhan qu’elle a mis en œuvre les mêmes mesures dans son propre laboratoire.

Danielle Anderson pense que le virus est un phénomène naturel. Parce qu’il a fallu près d’une décennie aux chercheurs pour déterminer où dans la nature l’agent pathogène du SRAS a émergé, Danielle Anderson a déclaré qu’elle n’était pas surprise que la chauve-souris soit responsable de l’épidémie de COVID-19 et qu’elle n’ait pas encore été découverte.

Le Dr Shi Zhengli, une virologue de premier plan de l’Institut de virologie de Wuhan, a de nouveau nié avoir mené des recherches sur le gain de fonction sur le coronavirus dans une récente interview avec le New York Times.

Lire aussi : Une virologue rejette les accusations de fuite du Covid-19 d’un laboratoire

« Mon laboratoire n’a jamais mené ni coopéré à la conduite d’expériences GOF qui améliorent la virulence des virus », a-t-elle déclaré au journal. « Ce n’est plus une question de science. C’est une spéculation enracinée dans une méfiance totale ».

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :