Par Project Syndicate, de Keun Lee – En octobre, le 20e Congrès du Parti communiste chinois a approuvé un nouveau mandat de cinq ans pour le président Xi Jinping, mettant ainsi fin à la pratique consistant à limiter la présidence à deux mandats.

C’était donc aussi une rupture indéniable avec la tradition de leadership collectif établie à la fin des années 1970, après la fin du règne d’un seul homme de Mao Zedong.

La Chine est le cas récent le plus notable de croissance économique simultanée et d’autoritarisme croissant. Mais ce n’est pas le premier. Il n’y a pas si longtemps, la Corée du Sud avait sa propre version de la « dictature du développement« . Pendant une grande partie du XXe siècle, les dirigeants coréens, comme ceux de la Chine aujourd’hui, ont donné la priorité au rattrapage économique par la croissance mercantiliste plutôt qu’à une transition démocratique – jusqu’à ce que les démocrates refusent d’attendre plus longtemps.

En termes simples, l’histoire coréenne en est une dans laquelle l’autoritarisme politique s’est accompagné d’une croissance économique miraculeusement rapide, qui à son tour est devenue la base matérielle d’une poussée démocratique menée par la classe moyenne. La Chine pourrait-elle suivre une voie similaire ?

Lorsque Park Chung-hee est arrivé au pouvoir en Corée du Sud par un coup d’État militaire en 1961, le pays était l’un des plus pauvres du monde. Puis, en 1972, après plusieurs élections serrées, il a modifié la Constitution afin qu’il puisse être élu indirectement par un corps spécial composé de représentants pro-gouvernementaux, ce qui lui a permis d’exercer la présidence pendant de nombreux mandats consécutifs. Les libertés civiles étaient la cible suivante. En 1974, le décret d’urgence nationale interdit toutes sortes de rassemblements et de réunions, supprime la liberté de la presse et interdit les grèves.

La stratégie de Park Chung-hee a produit des résultats mitigés. L’économie a continué de croître, mais la répression politique n’a pas réussi à étouffer le mouvement pro-démocratie. La Corée a souffert d’une crise politique et de troubles, qui ont culminé avec la mort soudaine de Park Chung-hee en 1979. Mais la mort de Park Chung-hee n’a pas déclenché de transition politique. Au contraire, un ancien général militaire, Chun Doo-hwan, est devenu président et a déclaré la loi martiale.

Au milieu des années 1980, sous la direction de Chun Doo-hwan, le PIB par habitant de la Corée du Sud atteignait environ 30% du niveau des États-Unis. À ce moment-là, grâce à une croissance économique continue, la Corée avait une classe moyenne forte, dont les membres mobilisaient à nouveau des manifestations de rue pour exiger un retour à une démocratie totale. En 1987, des manifestations de masse de cols blancs et de travailleurs industriels, d’étudiants et de militants ont provoqué la disparition de la constitution de Park de 1972. Le peuple élirait à nouveau ses dirigeants.

Mais l’histoire n’a pas immédiatement eu une fin heureuse. Les progrès vers la pleine démocratie ont été très graduels. Il a fallu plusieurs années pour qu’un combattant civil pro-démocratie, Kim Young-sam, soit élu président . Mais il a bien été élu. Et pendant le mandat de Kim, le PIB par habitant de la Corée du Sud a atteint 40% du PIB américain, permettant au pays de rejoindre l’OCDE en 1996.

Cela nous ramène à la Chine, qui a maintenant atteint près de 30% du PIB américain par habitant et qui a réduit l’écart d’un point de pourcentage par an, en moyenne, au cours des sept dernières années. Si cette tendance se poursuit, la Chine pourrait atteindre 40% du PIB américain dans dix ans, ou du moins d’ici le milieu des années 2030.

Mais si la trajectoire économique de la Chine ressemble à celle de la Corée du Sud à la fin du XXe siècle, il n’y a pas eu de processus de démocratisation similaire. Y aura-t-il ? Comme la Corée vers le milieu des années 1980, la Chine a déjà généré une importante classe moyenne.

Et le fait que le gouvernement chinois ait répondu aux récentes manifestations anti-confinement en abandonnant des éléments clés de sa politique zéro COVID est la preuve non seulement du pouvoir potentiel des Chinois de la classe moyenne, mais aussi des limites des politiques descendantes.

Les observateurs cyniques pourraient hausser les épaules, écartant la possibilité que la Chine accorde un jour à ses citoyens des droits démocratiques. Mais si cela se produit, les dirigeants chinois peuvent apprendre de l’exemple de la Corée.

Un aspect moins remarqué du miracle coréen est que, malgré des années de troubles et de crises politiques chroniques, l’économie a continué de croître et le revenu des ménages a augmenté régulièrement.

La raison en était que la plupart des manifestations pro-démocratie étaient relativement pacifiques et ne menaçaient pas les droits de propriété, en raison de l’intérêt des manifestants de la classe moyenne dans l’économie. Et parce que les deux parties ont finalement accepté de respecter la constitution et d’essayer de gagner les élections, le résultat a été un retour à l’ordre démocratique, pas une révolution.

La non-violence pendant le processus de démocratisation est importante en soi et pour éviter de mettre en péril l’économie et de risquer davantage de chaos. La Chine n’a pas encore accepté qu’elle a besoin d’un processus clair et transparent pour élire ses principaux dirigeants, ou qu’une démocratie stable nécessite une véritable compétition politique. Pour le bien de tout ce qu’il a déjà accompli, il devrait changer cela.

La Corée du Sud est souvent citée comme preuve que la démocratisation est indispensable pour atteindre le statut de pays à revenu élevé. Il est vrai que la Chine pourrait atteindre ce niveau d’ici le milieu des années 2030 sans élections compétitives ni même une libéralisation significative.

Pourtant, les 10 à 15 prochaines années pourraient ouvrir une fenêtre de démocratisation du type de celle que les Coréens ont franchie du milieu des années 1980 au milieu des années 1990. Si tel est le cas, il appartiendra aux dirigeants et au peuple chinois – en particulier aux Chinois de la classe moyenne – d’en profiter.

Keun Lee, ancien vice-président du Conseil consultatif économique national du président de la Corée du Sud, est professeur émérite d’économie à l’Université nationale de Séoul et auteur de China’s Technological Leapfrogging and Economic Catch-up: A Schumpeterian Perspective (Oxford University Press, 2022).

Droits d’auteur : Project Syndicate, 2022.
www.project-syndicate.org