L’objectif de neutralité carbone de la Chine accroît l’urgence d’atteindre 100 % de la nouvelle croissance de la demande d’électricité du pays avec des sources sans carbone.

Aujourd’hui, le Rocky Mountain Institute (RMI) et l’Energy Transitions Commission (ETC) ont publié le document intitulé China’s Zero-Carbon Electricity Growth in the 2020s: A Vital Step Toward Carbon Neutrality, qui souligne à la fois l’opportunité et l’urgence de répondre à la croissance de la demande d’électricité en Chine presque entièrement à partir de sources de production zéro carbone.

Le rapport présente un scénario à l’horizon 2030 qui démontre que la production zéro carbone est économiquement et technologiquement réalisable en Chine.

Il présente en outre des recommandations pour la politique et un plan pour les mettre en place au cours du 14e plan quinquennal.

Le 22 septembre 2020, le président Xi Jinping a annoncé que la Chine s’efforcerait d’atteindre un pic d’émissions avant 2030 et de parvenir à la neutralité carbone avant 2060.

Cette nouvelle promesse en matière de climat est une étape essentielle dans la lutte mondiale contre le changement climatique et reflète la détermination de la Chine à assumer un leadership mondial responsable.

La clé pour atteindre cet objectif est de rendre électrique la plus grande partie possible de l’économie et de faire en sorte que la quasi-totalité de l’électricité soit produite à partir de ressources neutres en carbone bien avant 2060.

La stratégie appropriée compatible avec l’objectif de neutralité carbone à long terme de la Chine devrait consister à faire en sorte que la quasi-totalité de la croissance de la capacité de production d’électricité de la Chine soit exempte de carbone, sans nouveaux investissements dans le charbon.

Le rapport évalue un scénario d’investissement zéro carbone pour 2030, aligné sur ce qui est nécessaire pour décarboniser le secteur de l’électricité en Chine d’ici 2050, et émet des hypothèses :

  • L’approvisionnement en électricité atteindra 11 000 TWh d’ici 2030, soit une augmentation de 54 % par rapport aux niveaux actuels ;
  • Aucune nouvelle capacité en charbon n’est ajoutée au-delà des 1 041 GW en place en 2019, mais on observe une légère augmentation de la production de charbon, car les ressources existantes sont utilisées plus intensément ;
  • Compte tenu de la compétitivité économique croissante des énergies renouvelables, la capacité éolienne et solaire atteindra 1 650 GW en 2030, contribuant ainsi à hauteur de 28% à la production totale cette année-là;
  • La production totale de combustibles non fossiles atteindra 53 % du total, soit un peu plus que l’objectif de 50 % proposé par le gouvernement chinois en 2016.

Selon l’analyse du RMI et de l’ETC, le scénario d’investissement zéro carbone à l’horizon 2030 est économiquement et technologiquement réalisable.

En Chine, les énergies renouvelables et les autres ressources de production sans carbone sont ou seront bientôt le moyen le plus rentable de répondre à la demande croissante d’électricité, ce qui permettra d’abandonner les nouveaux investissements dans le charbon.

Le système électrique chinois peut également continuer à fonctionner efficacement avec les niveaux plus élevés d’énergies renouvelables décrits dans le scénario 2030.

Il peut gérer la variabilité accrue associée à une plus grande part des énergies éoliennes et solaires en augmentant les interconnexions entre les provinces et en augmentant la flexibilité du réseau en modernisant les centrales au charbon et hydroélectriques existantes.

Les réformes du marché et du réseau joueront également un rôle important. Étant donné qu’il est économiquement et techniquement possible pour la Chine d’assurer toute la croissance future de son approvisionnement en électricité à partir de sources neutres en carbone, il est essentiel que les politiques, en particulier le 14e plan quinquennal, soient alignées sur un objectif de croissance sans carbone.

Un objectif quantitatif clair permettra aux industries chinoises de développement et d’approvisionnement en énergie éolienne et solaire de réaliser des économies à grande échelle et les effets de courbe d’apprentissage qui rendent possibles les réductions de coûts.

Les objectifs nécessiteraient également des changements de politique à partir de quatre piliers : des mécanismes visant à encourager les investissements dans les énergies renouvelables, des réformes du marché et du réseau pour soutenir une énergie flexible, un processus de planification amélioré pour s’aligner sur la croissance des énergies renouvelables et une réglementation technique améliorée pour renforcer la fiabilité du système.