Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a de nouveau accusé la Chine de dissimuler la vérité sur l’origine réelle du Covid-19, alors qu’une équipe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est arrivée le 14 janvier à Wuhan pour trouver l’origine du Covid-19.

Mike Pompeo, chef de la diplomatie américaine

Le secrétaire d’État américain a assuré que des maladies semblables au Covid-19 circulaient déjà à l’automne 2019 parmi les membres du personnel d’un institut de virologie de Wuhan. Ville du centre de la Chine dans laquelle le Covid-19 a été détecté pour la première fois en décembre 2019.

Mike Pompeo a exhorté l’équipe de l’OMS à « presser le gouvernement de la Chine » sur cette « nouvelle information ».

« Le gouvernement des Etats-Unis a des raisons de penser que plusieurs chercheurs à l’intérieur de (l’Institut de virologie de Wuhan) sont tombés malades à l’automne 2019, avant l’identification du premier cas de l’épidémie, avec des symptômes compatibles à ceux, à la fois du Covid-19, et de maladies saisonnières courantes », a-t-il affirmé.

Selon Mike Pompeo, cette information est en contradiction avec les affirmations selon lesquelles aucun membre du personnel de l’institut n’avait contracté le Covid-19 ou des virus apparentés.

Lire aussi : L’Institut de virologie de Wuhan nie toute responsabilité

La Chine « continue aujourd’hui de retenir des informations vitales dont les scientifiques ont besoin pour protéger le monde de ce virus mortel, et du prochain », a-t-il soutenu.

Le Covid-19 a été détecté pour la première fois à Wuhan à la fin 2019 et s’est depuis répandu à travers le monde faisant plus de deux millions de victimes, et contaminant des dizaines de millions de personnes.