Les États-Unis autorisent un nombre croissant de sociétés de puces à fournir à Huawei des composants tant que ceux-ci ne sont pas utilisés pour ses activités 5G, a rapporté le Financial Times.

Le département américain du Commerce « a déclaré aux entreprises lors de récentes conversations que si les licences de fourniture de Huawei sont gérées dans un but de refus, cela peut être surmonté si vous pouvez démontrer que votre technologie ne prend pas en charge la 5G », selon un dirigeant de semi-conducteurs impliqué dans dialogue avec le département, se référant à l’infrastructure de télécommunications de pointe.

Les dirigeants de deux sociétés asiatiques de semi-conducteurs ont déclaré qu’ils étaient optimistes quant à l’approbation de leurs demandes de licences pour reprendre les expéditions à Huawei. «Il nous a été indiqué que les puces pour appareils mobiles ne sont pas un problème», a déclaré l’un d’eux au journal Financial Times.

«Nous pensons que c’est une indication forte que les États-Unis ont l’intention de permettre à Huawei de rester dans le secteur des téléphones portables, car, comme nous l’avons soutenu, cela ne présente pas une menace évidente pour la sécurité nationale des États-Unis», a expliqué Edison Lee, analyste chez Jefferies.