jeudi, juin 20

Washington veut une relation économique «constructive et équitable» avec la Chine

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a affirmé que les États-Unis veulent avoir avec la Chine une relation économique «constructive et équitable», sans compromis cependant sur les questions de sécurité nationale.

Cette déclaration intervient alors que les tensions restant vives entre les deux superpuissances. «Nous recherchons une relation économique saine avec la Chine: une relation qui favorise la croissance et l’innovation dans les deux pays», a déclaré la ministre de l’Économie et des Finances de Joe Biden, lors d’un discours à l’Université Johns Hopkins de Washington.

Cependant, «une Chine en croissance, qui respecte les règles internationales, est bonne pour les États-Unis et le monde», a-t-elle estimé, assurant que les États-Unis ne «(transigeraient) pas» sur les préoccupations de sécurité nationale, «même lorsqu’elles obligent à des compromis avec (leurs) intérêts économiques».

La relation entre la Chine et les Etats-Unis sont tendues depuis des années : la guerre commerciale lancée par l’ancien président américain Donald Trump en 2019 et n’a pas cessé avec l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche, l’origine du Covid-19, la question d’Hong Kong, de Taiwan et du Xinjiang, la concurrence dans les nouvelles technologies,…. Tant de sujets de discorde qui pèsent sur les échanges entre les deux grandes puissances.

Au nom de la sécurité nationale, Washington a multiplié ces derniers mois les sanctions à l’encontre des fabricants de puces électroniques chinois, et inscrit sur des listes noires de nombreuses entreprises chinoises.

D’ailleurs, une amende historique de 300 millions de dollars a ainsi été imposée le 20 avril à un fournisseur du géant chinois Huawei – cible de Washington pour des raisons de cybersécurité et de suspicions d’espionnage.

«Ces actions de sécurité nationale ne sont pas conçues pour nous permettre d’obtenir un avantage économique concurrentiel ou d’étouffer la modernisation économique et technologique de la Chine», a affirmé Janet Yellen. Cette dernière a averti que «même si ces politiques peuvent avoir des impacts économiques, elles sont motivées par des considérations simples de sécurité nationale».

L’économiste Adam Posen, président du Peterson Institute for International Economics (PIIE), a expliqué à l’Agence France Presse qu’«une stratégie américaine qui reconnaît le droit de la Chine à se moderniser et reconnaît qu’il y a des coûts économiques à poursuivre des objectifs de sécurité nationale louables est un point de départ durable basé sur la réalité pour une stratégie qui n’est ni une croisade ni un fantasme». De son côté, la Chine a, le mois dernier, accusé Washington d’attiser les tensions, et mis en garde contre le risque de «conflit».

En février 2023, les États-Unis ont détruit un ballon chinois, accroissant les relations, l’administration Biden avait accusé l’engin d’espionner son territoire, ce que la Chine dément fermement.

Plus récemment, le statut de Taïwan a été au centre des tensions. «Nous ne transigerons pas sur la protection des droits Humains», a prévenu Janet Yellen, «nous avons agi et continuerons d’agir». La ministre, qui a de nouveau évoqué son intention de se rendre en Chine, «au moment approprié», a indiqué que les États-Unis continueraient de s’«associer à (leurs) alliés pour répondre aux pratiques économiques déloyales de la Chine».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *