Lin Zulian, premier chef élu du comité du village de Wukan est soupçonné d’avoir utilisé son pouvoir, dans le but de toucher des pots-de-vin, selon les informations publiées par le bureau local de la sécurité publique sur son compte Weibo.

Connu pour avoir été le porte-parole du mouvement de contestation, en 2011, il a été arrêté ce samedi 18 juin. En effet, les 13’000 habitants du village de Wukan ont manifesté pour dénoncer contre la corruption de leurs représentants et l’accaparement de leurs terres.

Les manifestations avaient débuté en septembre 2011 pour s’aggraver trois mois plus tard. Les villageois avaient alors expulsé les fonctionnaires accusés de s’enrichir sur leurs dos.

Bureau de vote au Wukan, en février 2012

Bureau de vote au Wukan, en février 2012

Le gouverneur de la province avait d’ailleurs approuvé les actions des villageois, en condamnant le maire corrompu et en mettant en place des élections libres dans le village. L’élection d’un nouveau comité villageois a reçu l’aval du pouvoir central, ayant eu lieu le 11 février 2012.

L’élection avait été remportée par les leaders du mouvement, dont Lin Zulian, porte-paroles des habitants contestataires. Ce dernier avait été largement élu, chef du village.

Deux ans plus tard, lors du renouvellement des mandats, Yang Semao et Hong Ruichao, ses chefs adjoints sont arrêtés par la police pour corruption. Et, les villageois spoliés n’ont pas pu récupérer leurs terres, créant frustration et déception.

Une habitante de Wukan, contactée par l’Agence France Presse, ce 18 juin, a expliqué que Lin Zulian avait été arrêté « parce qu’il prévoyait d’aller protester dimanche avec les villageois auprès de la municipalité de Lufeng, dont dépend Wukan ».

« Depuis 2012, le gouvernement a promis de résoudre le problème des terres, mais rien n’a été fait. Selon elle, les accusations de corruption visant Lin Zulian sont juste une excuse pour l’arrêter« , a révélé l’AFP.

Après l’arrestation de Lin Zulian, le bureau local de la sécurité publique a mis en garde les villageois contre toute action de représailles, et assuré que les force de l’ordre n’utiliseront pas la manière douce pour faire face à d’éventuels troubles, selon Reuters.

D’après l’agence britannique, le chef du village avait écrit une lettre ouverte visant à lancer un mouvement massif de protestation pour exiger la justice, vis-à-vis des ventes illégales des terres et la construction non autorisée sur le terrain du village. Deux sujets sensibles, qui ont été la cause des manifestations de 2011.

La lettre dénonce les autorités, qui sont « tous des menteurs qui disent une chose et en font une autre. Ils sont incompétents à être responsables et doivent être débuté ». Lin Zulian a ainsi appelé à une action contre les accaparements de terres : « nous ne pouvons pas plus confiance en eux. Nous allons résoudre les problèmes nous-mêmes. » Plusieurs crades du comité du village ont été mis en garde à vue.