De notre partenaire TingaNews, par Jérôme Kaboré – Le jeudi 1er juillet 2021 toute la République populaire de Chine a célébré le centenaire du parti communiste chinois fondé en juillet 1921.

La cérémonie commémorative s’est tenue sur la place Tian’anmen, à Beijing sous la présidence de Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), président chinois et président de la Commission militaire centrale.

Les discours et les images qui ont été donnés d’entendre et de voir ont suscité des réactions et des commentaires à tous les niveaux dans le monde entier.

Des dirigeants, des hommes politiques, des responsables et des experts du monde entier ont salué les réalisations remarquables et surprenantes de la Chine. Certaines personnes ont simplement crié « c’est fantastique, les chinois sont ingénieux, etc. »

Ce sont des réactions et des commentaires qui révèlent des impressions enthousiastes et positives sur la Chine et son peuple travailleur et sympathique. Il n’y a pas de doute, la Chine est un grand pays développé à la mesure des Chinois et le peuple chinois est un peuple magnifique, fort et courageux qui sait ce qu’il veut.

Ce qu’il faut retenir, c’est que derrière une nation forte et un peuple dynamique, se cache un parti cnsciencieux qui en assure la gouvernance. L’exemple chinois est palpable. Le Parti communiste chinois (PCC) durant ces cent ans a centré sa philosophie sur le peuple et tous les dirigeants du PCC qui se sont succédé ont mis en avant les intérêts du peuple au cœur de leurs actions politiques. «Aucun pas sans le peuple, tous les pas avec le peuple», peut-on résumer cette vision du PCC.

En effet, selon le président chinois Xi Jinping, dès sa fondation, le Parti communiste chinois a pris pour engagement et pour mission d’œuvrer au bonheur du peuple chinois et au renouveau de la nation chinoise. Depuis un siècle, toutes les luttes, tous les sacrifices et toutes les initiatives du peuple sous la direction du PCC peuvent se résumer en un thème unique : réaliser le grand renouveau de la nation chinoise.

Cette vision statutaire du PCC a permis à la Chine à coup sûr d’engranger des résultats  spectaculaires comme l’a si bien expliqué le président chinois, Xi Jinping dans son discours du 1er juillet :

« grâce aux efforts inlassables déployés par tout le Parti et tout notre peuple multiethnique, nous avons réalisé l’objectif du premier centenaire : nous avons édifié intégralement sur la vaste Chine la société de moyenne aisance et mis fin pour la première fois dans son histoire à la pauvreté absolue. Pour réaliser le grand renouveau de la nation chinoise, le Parti communiste chinois a uni autour de lui le peuple chinois et l’a conduit dans des luttes acharnées et des combats sanglants, finissant par remporter le grand succès de la révolution de démocratie nouvelle. Pour réaliser le grand renouveau de la nation chinoise, le Parti communiste chinois a uni le peuple chinois et l’a dirigé dans l’accomplissement du grand exploit de la révolution et de la construction socialistes en comptant sur ses propres forces et en travaillant d’arrache-pied ».

Comme l’a si bien soutenu Francesco Maringio, chef du département des affaires étrangères du Parti communiste italien, le PCC a attribué un rôle fondamental au peuple chinois en tant que ciment qui donne force et stabilité à la construction et au renouveau de la nation.

Les partis politiques au pouvoir dans les pays africains devraient écouter ces propos instructeurs et inspirateurs du dirigeant chinois, avec beaucoup d’intérêts. On retrouve quatre concepts clés dans ce passage du discours de Xi Jinping, qui devraient être sinon source d’inspiration, du reste la boussole pour les politiciens africains. Ces concepts clés sont : définir clairement une vision de développement, travailler dans la continuité de cette vision, mettre l’accent sur l’unité du peuple et mettre en avant les intérêts du peuple.

Lire aussi : Le Parti Communiste Chinois : relations avec les partis politiques en Afrique et dans le monde

On retient du discours du président chinois que la complicité entre le peuple chinois et les dirigeants a permis « de mettre fin à la société semi-coloniale et semi-féodale de l’ancienne Chine et à son état de désagrégation, aboli les traités inégaux imposés à la Chine par les puissances étrangères et supprimé toutes les prérogatives que les pays impérialistes s’étaient arrogées, créant ainsi les conditions sociales essentielles pour le grand renouveau national ».

«(…) nous avons surmonté les risques et les défis surgis de toutes parts, ce qui nous a permis de créer, maintenir, défendre et développer le socialisme à la chinoise. Nous avons ainsi réalisé des changements historiques remarquables : notre pays est passé d’un régime d’économie planifiée hautement centralisé à un régime d’économie de marché socialiste plein de dynamisme ; d’un état de fermeture ou semi-fermeture à une ouverture tous azimuts ; d’un état relativement arriéré en matière de forces productives à la deuxième puissance économique du monde ; d’un pays ayant du mal à satisfaire les besoins élémentaires à une société moyennement aisée dans les grandes lignes, avant d’aboutir à une société moyennement aisée à tout point de vue (…)», a expliqué le président Xi Jinping.

Le discours du président Xi Jinping, expose bien sans ambiguïté les stratégies utilisées par le PCC et retrace le chemin parcouru par le peuple chinois  pour réaliser le rêve du renouveau national et le miracle de développement qui a attiré l’attention du monde entier.

Etienne Bila, un vieux  sage de Tio, au Burkina Faso, expliquait  un jour que pour aller facilement à un endroit inconnu, il suffit de demander à ceux qui y ont déjà été et suivre leurs indications. Ainsi pour développer durablement l’Afrique les dirigeants africains n’ont plus besoin de se fourvoyer dans des études et des théories occidentales contraires aux réalités africaines. Il leur suffit de s’inspirer de la philosophie qui a sous-tendu la marche centenaire de la Chine en ayant en tête ces paroles de Thomas Isidore Noel Sankara ; « Malheur à ceux qui bâillonnent leurs peuples »

L’analyse du parcours de la Chine durant ces cent dernières années sous la direction du PCC nous renseigne que les pratiques qui ont cours dans la plupart des pays africains, telles la corruption, les détournements des deniers publics, la gabegie, le laxisme, la politique divisionniste, l’incivisme, les grèves, l’acculturation etc. sont une voie sans issue en matière de développement.

Investissements, dettes: quelle est la réalité de la présence chinoise en Afrique?De nos jours, la Chine se présente comme une chance pour l’Afrique. Non seulement elle est prête à lui partager ses expériences de développement dans le respect de ses valeurs culturelles et de ses options de gouvernance, mais aussi elle est disposée à la soutenir à relever les défis. La célébration du centenaire du PCC devrait permettre aux Africains de tirer de meilleurs enseignements et de saisir l’opportunité qu’offre la coopération avec la Chine pour réaliser un miracle de développement africain.