Après la soirée de lancement du Paris China Biz Club, qui avait été plébiscitée par un public averti, soucieux de contribuer à l’essor des relations franco-chinoises, une cinquantaine de personnes se sont retrouvées le 20 octobre dernier chez DojoGroup en plein Paris, autour de Nicolas Rousseaux, Président-Fondateur de Mediation Consulting, pour la seconde partie de sa Master-Class « France-Chine : du constat des différences à la mesure des écarts ».

Master-Class « France-Chine : du constat des différences à la mesure des écarts »

Master-Class « France-Chine : du constat des différences à la mesure des écarts »

Après avoir convoqué la mémoire pour mieux comprendre l’histoire des relations France-Chine, et les perceptions croisées actuelles qui en découlent, Nicolas Rousseaux abordait la question de l’identification au cœur de nos identités des liens positifs et créateurs de valeurs mutuelles, sur lesquels capitaliser pour construire une relation durable.

Et cette identification commence par la mesure des écarts. Certains d’entre eux sont irrattrapables tellement ils sont grands comme par exemple :

  • l’espace, dont l’immensité est au-delà de l’imagination, qui a un impact incontestable sur les modes de pensée en Chine ;
  • un mode de pensée définitivement orienté vers la connaissance en France où la pensée tend à la science, là où il est orienté vers la culture en Chine où la pensée tend à la sagesse qui relie l’homme à l’univers ;
  • l’écriture ne comportant ni syntaxe ni grammaire, seulement faite de signes pouvant avoir une signification différente selon les situations, qui est bien loin de l’intellectualisation de nos signes ayant conduit à celle de la parole ;
  • la circulation des énergies et la force de l’invisible si importantes dans l’agencement des espaces en Chine, qui ne sont évidemment pas prises en considération de la même manière en France, même si le Feng Shui commence à y faire quelques adeptes pas toujours pris au sérieux…

Et puis il existe des écarts beaucoup moins grands, sur lesquels il est sans doute possible de construire des complémentarités, avec entre autres :

  • la notion de Milieu : la Chine est appelée Empire du Milieu par les Français alors que les Chinois identifient la France comme « le Milieu de l’Europe » ;
  • le goût pour la bagarre ;
  • le rôle de l’armée ;
  • la notion d’unité ;
  • la cuisine : la France et la Chine sont les seuls pays au monde où l’on parle du repas suivant, alors que l’on est encore à table…
  • la maîtrise des eaux, qui en Chine a justifié l’annexion du Tibet et qui a de tous temps été une affaire royale en France
Nicolas Rousseaux, Président-Fondateur de Mediation Consulting

Nicolas Rousseaux, Président-Fondateur de Mediation Consulting

Alors comment concilier la France avec la Chine où le verbe « être » se dit « devenir », où il n’y a pas de philosophes mais des sages, ou la notion de liberté associée au droit laisse la place à la spontanéité qui par définition ne répond à aucun droit ?

Comment à partir de ces écarts qui nous séparent trouver le commun qui nous habite et ainsi éviter conflits et malentendus ? Comment nouer de nouvelles formes de dialogues ? Tel sera le sujet du troisième et dernier épisode de la Master Class de Nicolas Rousseaux, dans un futur proche.

En attendant ce nouvel opus, le club prévoit diverses séances à vocation plutôt sensorielle dédiées notamment à la dégustation… En bons élèves suite à cette excellente Master Class, nous avons effectivement compris que Chinois et Français pouvaient facilement se retrouver sur le terrain du plaisir gustatif…

Écrit par Isabelle Sthémer, Co-Fondatrice DojoGroup