Plusieurs médias se demandent si le gouvernement malgache compte se détourner définitivement des occidentaux pour entretenir ses relations avec l’Asie, dont le Japon et particulièrement la Chine.

D’ailleurs, la Chine renforcera en 2018 « encore la coopération gagnant-gagnant dans tous les domaines, en restant un partenaire de Madagascar. La Chine ne s’immisce pas dans les affaires intérieures de Madagascar. Elle accompagne son développement en vue d’améliorer les conditions de vie de la population » a assuré l’ambassadrice de Chine à Madagascar, Yang Xiaorong.

Pour le ministre des affaires étrangères, Henry Rabary Njaka, « Madagascar, dans sa politique extérieure ne privilégie qui que ce soit. Nous n’hésitons pas à travailler avec les pays qui contribuent dans l’amélioration de la vie de la population, dont la Chine« .

Cependant, ce dernier a précisé qu’en « 20 ans, la Chine a pu atteindre le sommet en devenant une deuxième puissance économique mondiale et sera assurément  le premier dans deux ou trois ans ». Raison pour laquelle, le gouvernement tient à s’associer profondément avec le géant asiatique.

Entre inquiétude et incertitude

Malgré l’enthousiasme des dirigeants malgache vis-à-vis de l’évolution des relations bilatérales, une vive inquiétude et incertitude s’installe dans la population, selon le site l’actualité.mg.

Le site malgache a expliqué que « les chinois sont réputés ‘malins’ et agissant en complicité avec les dirigeants d’un pays dans lequel il débarque pour obtenir ce qu’ils veulent ».

L’actualité.mg a ajouté que « un fait a été constaté : dans les pays où les chinois se sont installés, la pauvreté ne tarde pas à sévir, tandis qu’eux s’enrichissent d’une manière vertigineuse, et cela, en exploitant les ressources du pays conquis. Et une fois les pays victimes économiquement exsangues, les Chinois quittent le navire pour aller trouver d’autres pays à mannes ».

Le site continue estimant que Madagascar détient plusieurs particularités, et notamment le nombre important de minerais logés dans les terres malgaches, et leur durabilité. Ainsi, le pays possède des pierres précieuses, de l’or, des bois précieux,  de la viande de zébu, du charbon de bois, de la résine de pin, des champignons-maniocs …

Face aux manifestations successibles contre les entrepreneurs chinois, le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi avait rappelé à l’ordre ses concitoyens, assurant lors de sa visite à Madagascar en janvier 2017,que :

« Nous encourageons les entreprises chinoises à développer une coopération avec les pays africains, et en même temps nous leur demandons de respecter les lois et règlements locaux, et les us et coutumes sur place. Ils doivent assumer leur responsabilité sociétale, respecter l’environnement écologique et aider à l’amélioration des conditions de vie de la population locale »

Rassurer les malgaches sur la présence chinoise