Le président français Emmanuel Macron a proposé ce 8 janvier 2018 à la Chine de « relancer la bataille climatique » et de « préparer un rehaussement de nos engagements » contre le réchauffement, lors de la prochaine COP 24 prévue en Pologne à la fin de l’année.

Ce dernier a mit en exergue la nécessité d’un co-leadership franco-chinois dans le domaine climatique, annonçant d’ailleurs pour 2018-2019 l’organisation d’une « année franco-chinoise de la transition écologique ». Emmanuel Macron a aussi invité la Chine à approfondir sa relation avec l’Europe à l’ère des nouveaux défis mondiaux.

« Nos destins sont liés »

Emmanuel Macron et Xi Jinping

Se présentant comme un interlocuteur privilégié de la Chine pour bâtir ces nouvelles relations, il a assuré qu’avec lui la France se réforme et « l’Europe est de retour ». Saluant les efforts de la Chine dans le dossier nord-coréen et concernant le réchauffement climatique, le président français a souhaité que le développement de l’influence chinoise s’insère dans un multilatéralisme harmonieux.

« Nos destins sont liés« , a-t-il estimé. « L’avenir a besoin de la France, de l’Europe et de la Chine. Nous sommes la mémoire du monde. Il nous appartient de décider d’en être l’avenir« , a assuré le président français. Il a appelé la Chine à travailler avec l’Europe à son projet de nouvelle route de la soie, Le Ceinture et la Route, qui « n’ont jamais été purement chinoises », a-t-il dit devant des chercheurs, des étudiants et des hommes d’affaires, à Xi’an.

« Ces routes ne peuvent être qu’en partage. Si ce sont des routes, elles ne peuvent être univoques« , a-t-il ajouté, au palais impérial de Daming, résidence historique de la dynastie Tang. « Elles ne peuvent être les routes d’une nouvelle hégémonie, qui reviendraient en quelque sorte à mettre dans un état de vassalité les pays qu’elles traversent. »

Une relation fondée sur des « règles équilibrées« 

Dans son discours au premier jour de sa visite d’Etat en Chine, Emmanuel Macron a assuré revenir « au moins une fois par an en Chine », « car c’est la condition pour que notre relation entre dans une ère nouvelle ».

Selon Emmanuel Macron, le nouveau départ des relations sino-européennes doit être fondé sur des « règles équilibrées », et le dépassement d’une certaine défiance et de « légitimes questions » côté chinois et de « peurs » côté européen.

Emmanuel Macron plaidera lors de sa visite pour que les entreprises françaises aient davantage d’accès au marché chinois afin de rééquilibrer les relations commerciales, dont le déficit vis-à-vis de la Chine est le plus important accusé par la France, à environ 30 milliards d’euros.

D’ici le rééquilibrage, Xi Jinping pourra profiter du cadeau de son homologue français, qui a lui a offert un cheval de la Garde républicaine, baptisé Vésuve de Brekka. A cela s’ajoute un harnachement et un sabre gravé : « M. Emmanuel Macron — Président de la République Française — Pékin — Janvier 2018″.