Les prix sortie d’usine, baromètre de la vigueur du secteur industriel, se sont accélérés en août, reflétant la robustesse de la demande et la réduction des capacités excédentaires.

L’indice PPI des prix à la production a augmenté de 6,3% sur un an le mois dernier, a indiqué ce samedi 9 septembre le Bureau d’Etat des statistiques (BES). Ce taux est plus élevé que celui prévu par les experts sondés par l’agence Bloomberg (5,7%) et que celui atteint en juillet et juin (5,5% les deux mois).

De son côté, l’indice des prix à la consommation, principale jauge de l’inflation et de la demande des ménages, a grimpé à 1,8% sur un an, soit plus qu’en juillet (1,4%) et en juin (1,5%).

Cette accélération s’explique par la hausse du prix des oeufs (+16,2% sur un mois) et des légumes frais (+8,5%) dont le stockage et le transport ont entraîné une hausse des prix, suite aux précipitations et aux fortes températures. Malgré cette légère hausse, le chiffre d’août reste en-dessous du taux de 3% fixé  par le gouvernement.

Le PPI a de son côté bénéficié de la politique gouvernementale de réduction des capacités industrielles excédentaires, notamment chez les aciéristes et les cimentiers dirigés par l’Etat. Cette campagne réduit l’offre, faisant alors monter les cours et donc mécaniquement les prix à la production.

Selon le BES, la hausse des prix du mois d’août est visible dans plusieurs secteurs (métaux ferreux, pétrole, métaux non-ferreux, extraction d’hydrocarbures, produits miniers). Par ailleurs, les prix sortie d’usine sont dynamisés par la demande intérieure, boostée par l’accroissement des projets d’infrastructure dans le pays.