De 2017 à 2036, le gouvernement va allouer à la Guinée des prêts d’un total de 20 milliards de dollars (17,8 milliards d’euros) pour financer des projets d’infrastructures, d’après le ministre d’Etat chargé du partenariat public-privé, Ibrahima Kassory Fofana.

Un accord de partenariat a été conclu entre les deux gouvernements, le 5 septembre à Conakry. En contrepartie de ces prêts, la Guinée devra mettre progressivement à disposition des compagnies chinoises ses ressources minières, qui recevront des permis miniers.

Le sous-sol guinéen est riche en bauxite (4e producteur mondial) et en minerai de fer. Le pays dispose aussi de l’or, du cuivre, du platine, de l’émeraude ou encore du saphir. D’après cet accord, les revenus générés par l’exploitation des mines serviront à rembourser les prêts.

Le ministre des mines, Abdoulaye Magassouba, a indiqué que les projets miniers concernés comprennent une raffinerie d’alumine de China Power Investment, une mine de bauxite de Chinalco et une autre de China Henan International Cooperation Group, tous situés dans la ville de Boffa.

Les 20 milliards de dollars seront étalés sur 20 ans, mais dans l’immédiat (2017-2018), le ministre d’Etat chargé du partenariat public-privé  a indiqué que le gouvernement va débourser 3 milliards de dollars (2,67 mds €) dont 1,2 milliard (1 mds €) pour financer le projet d’autoroute Coyah-Dabola-Mamou et 250 millions de dollars (222,5 millions d’euros) pour l’assainissement et la réhabilitation des voiries de Conakry.

300 millions de dollars (267 millions d’euros) seront aussi injectés dans la réhabilitation de quatre universités, et le reste dans la ligne de transmission Linsan-Fomi.