Malgré ses menaces de guerre commerciale, le président américain Donald Trump vient de signer un accord pour garantir les exportations de bœuf et de gaz naturel américains vers la Chine, à cela s’ajoute certains services financiers des Etats-Unis.

Ce premier accord commercial sino-américain  marque un nouveau geste d’apaisement de l’administration Trump envers Beijing, les deux pays souhaitent travailler ensemble dans un esprit de coopération, ce qui dénote du discours du candidat Donald Trump pendant sa campagne.

« Nous avons fait plus de progrès en 40 jours que les précédents négociateurs commerciaux durant ce siècle« , a estimé lors d’un point presse, le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross.

Ainsi, la Chine va autoriser les importations de bœuf américain, après un embargo de treize années, et le marché chinois devrait s’ouvrir progressivement aux opérateurs américains de système de paiement. Tandis que les entreprises chinoises pourront acheter du gaz naturel aux Etats-Unis.

« On ne dira jamais assez combien cela va bénéficier aux éleveurs de bétail américains », a souligné dans un communiqué Craig Uden, président de l’association nationale des éleveurs de boeuf américains, assurant avoir hâte de courtiser les « 1,4 milliard de nouveaux consommateurs en Chine ».

Pour Charlie Riedl, directeur de l’association de producteurs Center for Liquefied Natural Gas, « c’est un signal fort venant des deux pays qu’il y a un véritable intérêt dans le fait d’utiliser du GNL américain en Chine ».

Douglas Paal, spécialiste de la Chine au Carnegie Endowment for International Peace, a expliqué à l’Agence France Presse, que ces premières avancées sino-américaines « ne sont pas négatives mais ne constituent pas un pas de géant », soulignant « ce sont les étapes faciles et il reste maintenant le gros oeuvre ».