samedi, juin 15

Accord Iles Salomon : la Chine répond à l’Australie et Washington menace

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a critiqué l’Australie pour avoir fait « des remarques irresponsables » sur l’accord de sécurité entre la Chine et les îles Salomon.

Zhao Lijian a exhorté l’Australie à cesser « de critiquer de manière délibérée la coopération étrangère indépendante des îles Salomon et à cesser d’exercer des pressions et des coercitions ».

Selon certains médias, la ministre australienne des Affaires étrangères Marise Payne a récemment rencontré son homologue des îles Salomon, Jeremiah Manele, à Brisbane, en Australie.

Cette dernière a déclaré que l’Australie était préoccupée par l’accord de sécurité entre la Chine et les îles Salomon, notamment son manque de transparence. Le Premier ministre australien, Scott Morrison, s’est dit « très inquiet, comme de nombreux autres dirigeants du Pacifique, à propos de l’interférence et de l’intrusion du gouvernement chinois dans ce type d’arrangements ».

Les liens de plus en plus étroits entre les Iles Salomon et la Chine sont un sujet d’importance dans la campagne électorale en Australie pour les élections législatives du 21 mai, depuis la fuite sur les réseaux sociaux, en mars, d’un projet d’accord de sécurité entre ces deux pays.

Lire aussi : L’Australie se préparerait à une guerre potentielle avec la Chine

UN ACCORD CONFORME ENTRE DEUX PAYS

« Puisque l’Australie affiche son ‘respect pour la prise de décision souveraine des îles Salomon’, elle devrait agir comme elle l’a dit », a indiqué le porte-parole Zhao Lijian lors d’un point de presse quotidien.

Ce dernier a souligné que les pays insulaires du Pacifique, y compris les îles Salomon, « sont des pays souverains et indépendants, pas l’arrière-cour de qui que ce soit ».

Pour Zhao Lijian, la Chine a présenté sa coopération en matière de sécurité avec les îles Salomon à de nombreuses reprises. Le porte-parole a indiqué qu’il s’agit d’une « coopération normale en matière d’application de la loi et de sécurité, et conforme au droit international et aux pratiques coutumières internationales ».

Ce dernier précisé que « la coopération en matière de sécurité entre les deux pays est ouverte et transparente et ne vise aucune tierce partie ». « Ce qui doit vraiment nous inquiéter, c’est le fait que l’Australie, sans communication ni consultation avec les pays insulaires du Pacifique, reconstitue des blocs militaires et stimule la course aux armements avec des pays comme les Etats-Unis et le Royaume-Uni, et apporte des risques de prolifération nucléaire dans la région Pacifique Sud », a souligné Zhao Lijian.

WASHINGTON MENACE

De leurs côtés, Washington a averti les îles Salomon qu’il «réagira en conséquence» si son accord de sécurité avec la Chine entraîne une présence militaire chinoise dans cette nation insulaire du Pacifique.

Une délégation américaine en visite, dont le conseiller en matière de sécurité indo-pacifique Kurt Campbell, a transmis directement ce message au Premier ministre des îles Salomon, Manasseh Sogavare, a indiqué la Maison Blanche.

«Les représentants des îles Salomon ont indiqué que l’accord avait uniquement des applications domestiques, mais la délégation américaine a noté qu’il y avait des implications potentielles de l’accord en matière de sécurité régionale, y compris pour les États-Unis et ses alliés et partenaires», a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

«La délégation américaine a souligné des domaines de préoccupation clairs en ce qui concerne l’objectif, la portée et la transparence de l’accord. Si des mesures sont prises pour établir une présence militaire permanente de facto, des capacités de projection de puissance ou une installation militaire, la délégation a noté que les États-Unis auraient alors des préoccupations importantes et répondraient en conséquence», a cité le site Les-Crises.fr.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *