La Corée du Sud cherche à confirmer des informations de médias selon lesquelles plusieurs nord-coréens ont été récemment arrêtés en Chine après avoir fui leur pays appauvri, a annoncé le ministère de l’Unification.

Cha Duck-chul, porte-parole adjoint du ministère, a évoqué une loi locale appelant à des efforts diplomatiques pour protéger et soutenir les réfugiés nord-coréens à l’étranger.

Deux transfuges nord-coréens ont été arrêtés dans la ville chinoise de Dandong après avoir franchi mercredi la frontière nord-coréenne, selon des sources de l’agence Yonhap. Trois autres ont également été arrêtés après qu’eux et deux autres ont cherché à traverser la frontière chinoise, ont précisé les sources.

«Nous travaillons avec les agences concernées pour connaître les détails (des rapports)», a déclaré Cha Duck-chul, lors d’un point de presse régulier.

«Nous ferons des efforts diplomatiques sur la base de notre position selon laquelle les transfuges nord-coréens vivant à l’étranger peuvent se rendre dans n’importe quel endroit de leur choix de leur plein gré», a indiqué ce dernier.

Les passages frontaliers ont signalés ont donné lieu à des spéculations selon lesquelles les Nord-Coréens sont aux prises avec des pénuries de produits de première nécessité au milieu de l’épidémie fulgurante de Covid-19 au Nord et des difficultés économiques persistantes causées par les sanctions et d’autres facteurs.

Certains habitants attendent pour recevoir des certificats de test de réaction en chaîne par polymérase (PCR) à la gare de Dandong, dans la ville frontalière de Dandong, dans le nord-est de la Chine, le 9 janvier 2022.

Tous les passagers, qui utilisent les gares et les aéroports de la ville, sont tenus de se soumettre au test sur les lieux selon des règles de distanciation sociale renforcées.