vendredi, juin 14

Au Vietnam, cinq experts de Chine au Vietnam infectés par le variant indien B.1.617

Après s’être rendus au Vietnam pour une enquête, cinq experts chinois ont été testés positifs au variant indien B.1.617 à leur retour en Chine. En Inde, les médias ont déclaré que le virus avait sûrement été transmis par un spécialiste indien qui était en quarantaine dans le même hôtel que les experts chinois.

Hanoi Skyline

Selon les nouvelles transmises par le compte WeChat officiel du gouverneur de l’avenue Chang’an et le Guanxi Cloud Client, après avoir terminé leur enquête au Vietnam, les experts chinois sont retournés en Chine via la ville Pingxiang, où se trouve la « passe de l’amitié ».

À leur arrivée, ils ont été testés positifs au coronavirus. L’un d’entre eux était gravement malade. Après un traitement complet, celui-ci conserve encore de légères difficultés respiratoires, tandis que l’état des quatre autres reste stable.

Selon les médias locaux, une équipe, composée d’experts médicaux du Hubei et d’experts en maladies infectieuses, s’était rendue au Vietnam après la découverte du premier cas importé à la « passe de l’amitié » entre le Guanxi et le Vietnam, afin de mener à bien le traitement des patients du coronavirus.

Le 4 mai, l’Ambassade de Chine au Vietnam a rappelé que quatre spécialistes indiens résidant en quarantaine à l’hôtel, dans la province de Yên Bái, au Vietnam, avaient été testés positifs au variant indien B.1.617 du coronavirus. Les ressortissants chinois qui avaient été mis en quarantaine dans ce même hôtel ont également été testés positifs à leur retour en Chine.

Après que les cinq experts chinois, les docteurs Cao, Xiong, Liu, He et Lu aient terminé leur enquête au Vietnam la nuit du 17 mai, ils sont retournés en Chine par le passage de Pingxiang et ont tous été positifs au coronavirus.

Le séquençage et l’analyse comparative du génome du coronavirus ont montré que les experts avaient été infectés par le variant indien B.1.617.

Dans un article sur le sujet, le Vietnam Express a indiqué que les mesures de quarantaine au Vietnam n’étaient pas adaptées, ce qui a favorisé la propagation du virus des spécialistes indiens aux experts chinois.

« Les mesures de quarantaine de l’hôtel sont contestables. Les clients indiens ont transmis le virus aux employés. Les experts chinois l’ont transmis à des patients dans la province vietnamienne Vĩnh Phúc, qui se sont révélés être eux-mêmes positifs au variant indien. Il y a forcément un lien quelque part », a déclaré Chen Defu, un expert en maladies infectieuses vietnamien.

Selon l’enquête, les cinq experts chinois ont quitté Pingxiang le 9 avril pour se rendre dans la province de Yên Bái, où ils ont été mis en quarantaine à l’hôtel. Le 23 avril, après un test négatif la veille, la quarantaine a été levée. Du 23 au 29 avril, ils se sont déplacés dans les provinces Vĩnh Phúc, Lai Châu et  Yên Bái pour enquêter sur les cas d’infections.

Le 26 avril, le Docteur Cao a développé de la fièvre, mais sa température est revenue à la normale après avoir pris des médicaments. Le 27 avril, les quatre autres experts ont présenté divers degrés de maux de gorge et de toux mais n’ont pas cherché de traitement médical ni à traiter les symptômes à l’aide de médicaments.

Ils ont tous été dépistés pour la Covid-19 à leur arrivée à la douane pour revenir en Chine. Les experts ont par la suite reçu un traitement dans l’aile d’isolement du centre d’intervention d’urgence de la ville de Pingxiang.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *