« Il est irresponsable pour certains médias de faire du battage sur les soi-disant problèmes de qualité des produits anti-épidémiques chinois avant d’exposer clairement les faits », a déclaré Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères.

Cette dernière a répondu lors d’un point presse aux questions concernant les accusations des pays européens sur la non conformité et le manque de qualité des masques achetés en Chine.

Plusieurs pays, comme les Pays-Bas, l’Espagne ou la République tchèque, les Philippines ou encore la Turquie, se sont plaints de la qualité des gants, masques ou blouses importés de Chine.

Ainsi, aux Pays-Bas, les autorités ont été contraintes de rappeler 600 000 masques distribués à différents hôpitaux car ils se sont avérés poreux et leur dimension n’est pas adéquate.

En Espagne, ce sont les kits de dépistage qui sont défectueux. Mais le gouvernement chinois a écarté toute responsabilité, précisant que la commande avait été passée à une entreprise ne figurant pas sur la liste officielle recommandée par le ministère chinois du Commerce.

D’après les enquêtes préliminaires menées par les autorités chinoises, « ces masques ont été achetés par des agences de sociétés néerlandaises », a indiqué la porte-parole.

D’ailleurs, « les entreprises chinoises avaient informé la partie néerlandaise que les masques étaient destinés à des fins non médicales avant la livraison, et les procédures pour la déclaration d’exportation ont été effectuées au nom de masques non médicaux », a indiqué Hua Chunying.

Selon elle, la Chine attache toujours une grande importance à la qualité des produits d’exportation, et les autorités viennent d’adopter les mesures de surveillance plus strictes sur les exportations de matériel médical.La Chine répond aux allégations de masques « de qualité inférieure » exportés du pays