mercredi, juin 19

BRICS 2011 : Déclaration de Sanya

Sanya, Hainan, Chine, 14 avril 2011

1. Nous, chefs d’État et de gouvernement de la République fédérative du Brésil, de la Fédération de Russie, de la République de l’Inde, de la République populaire de Chine et de la République d’Afrique du Sud, nous sommes réunis à Sanya, Hainan, en Chine, pour la réunion des dirigeants des BRICS. le 14 avril 2011.

2. Les chefs d’État et de gouvernement du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de la Chine accueillent favorablement l’adhésion de l’Afrique du Sud aux BRICS et se réjouissent de renforcer le dialogue et la coopération avec l’Afrique du Sud au sein du forum.

3. C’est l’objectif primordial et le fort désir commun de paix, de sécurité, de développement et de coopération qui ont réuni les pays BRICS avec une population totale de près de 3 milliards d’habitants provenant de différents continents. Les BRICS visent à contribuer de manière significative au développement de l’humanité et à l’établissement d’un monde plus équitable et plus juste.

4. Le 21e siècle devrait être marqué par la paix, l’harmonie, la coopération et le développement scientifique. Sous le thème « Vision large, prospérité partagée », nous avons mené des discussions franches et approfondies et sommes parvenus à un large consensus sur le renforcement de la coopération des BRICS ainsi que sur la promotion de la coordination sur les questions internationales et régionales d’intérêt commun.

5. Nous affirmons que les BRICS et d’autres pays émergents ont joué un rôle important en contribuant à la paix, à la sécurité et à la stabilité mondiales, en stimulant la croissance économique mondiale, en renforçant le multilatéralisme et en promouvant une plus grande démocratie dans les relations internationales.

6. Dans les domaines économique, financier et du développement, les BRICS constituent une plateforme majeure de dialogue et de coopération. Nous sommes déterminés à continuer de renforcer le partenariat des BRICS pour le développement commun et à faire progresser la coopération des BRICS de manière progressive et pragmatique, en reflétant les principes d’ouverture, de solidarité et d’assistance mutuelle. Nous réitérons qu’une telle coopération est inclusive et non conflictuelle. Nous sommes ouverts à un engagement et à une coopération accrus avec les pays non membres des BRICS, en particulier les pays émergents et en développement, ainsi qu’avec les organisations internationales et régionales compétentes.

7. Nous partageons l’opinion selon laquelle le monde connaît des changements profonds, complexes et de grande envergure, marqués par le renforcement de la multipolarité, la mondialisation économique et une interdépendance croissante. Face à un environnement mondial en évolution et à une multitude de menaces et de défis mondiaux, la communauté internationale devrait unir ses efforts pour renforcer la coopération en faveur d’un développement commun. Sur la base des normes universellement reconnues du droit international et dans un esprit de respect mutuel et de prise de décision collective, la gouvernance économique mondiale doit être renforcée, la démocratie dans les relations internationales doit être promue et la voix des pays émergents et en développement dans les affaires internationales doit être renforcée.

8. Nous exprimons notre ferme engagement en faveur d’une diplomatie multilatérale dans laquelle les Nations Unies jouent un rôle central dans la réponse aux défis et menaces mondiaux. À cet égard, nous réaffirmons la nécessité d’une réforme globale de l’ONU, y compris de son Conseil de sécurité, en vue de la rendre plus efficace, efficiente et représentative, afin qu’elle puisse relever avec plus de succès les défis mondiaux d’aujourd’hui. La Chine et la Russie réitèrent l’importance qu’elles attachent au statut de l’Inde, du Brésil et de l’Afrique du Sud dans les affaires internationales, et comprennent et soutiennent leur aspiration à jouer un rôle plus important au sein de l’ONU.

9. Nous soulignons que la présence simultanée des cinq pays BRICS au Conseil de sécurité au cours de l’année 2011 constitue une occasion précieuse de travailler en étroite collaboration sur les questions de paix et de sécurité, de renforcer les approches multilatérales et de faciliter la coordination future sur les questions relevant de l’ONU. Examen par le Conseil de sécurité. Nous sommes profondément préoccupés par les turbulences au Moyen-Orient, dans les régions de l’Afrique du Nord et de l’Afrique de l’Ouest et souhaitons sincèrement que les pays touchés parviennent à la paix, à la stabilité, à la prospérité et au progrès et jouissent de la place et de la dignité qui leur sont dues dans le monde, conformément aux aspirations légitimes de leurs peuples. les peuples. Nous partageons le principe selon lequel le recours à la force doit être évité. Nous maintenons que l’indépendance, la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale de chaque nation doivent être respectées.

10. Nous souhaitons poursuivre notre coopération au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la Libye. Nous estimons que toutes les parties doivent résoudre leurs différends par des moyens pacifiques et par le dialogue dans lequel l’ONU et les organisations régionales devraient, le cas échéant, jouer leur rôle. Nous exprimons également notre soutien à l’Initiative du Groupe de haut niveau de l’Union africaine sur la Libye.

11. Nous réitérons notre ferme condamnation du terrorisme sous toutes ses formes et manifestations et soulignons qu’il ne peut y avoir aucune justification, quelle qu’elle soit, à tout acte de terrorisme. Nous estimons que l’ONU a un rôle central dans la coordination de l’action internationale contre le terrorisme dans le cadre de la Charte des Nations Unies et conformément aux principes et normes du droit international. Dans ce contexte, nous appelons à la conclusion rapide des négociations au sein de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la Convention générale sur le terrorisme international et à son adoption par tous les États membres. Nous sommes déterminés à renforcer notre coopération pour contrer cette menace mondiale. Nous exprimons notre engagement à coopérer pour renforcer la sécurité internationale de l’information. Nous accorderons une attention particulière à la lutte contre la cybercriminalité.

12. Nous notons que l’économie mondiale se remet progressivement de la crise financière, mais reste confrontée à des incertitudes. Les grandes économies devraient continuer à renforcer la coordination des politiques macroéconomiques et à travailler ensemble pour parvenir à une croissance forte, durable et équilibrée.

13. Nous sommes déterminés à faire en sorte que les pays BRICS continuent de bénéficier d’une croissance économique forte et soutenue, soutenue par notre coopération accrue dans les domaines économique, financier et commercial, ce qui contribuera à une croissance mondiale stable, saine et équilibrée à long terme. économie.

14. Nous soutenons le Groupe des Vingt (G20) dans sa volonté de jouer un rôle plus important dans la gouvernance économique mondiale en tant que principal forum de coopération économique internationale. Nous attendons de nouveaux résultats positifs dans les domaines de l’économie, des finances, du commerce et du développement du Sommet du G20 à Cannes en 2011. Nous soutenons les efforts continus des membres du G20 pour stabiliser les marchés financiers internationaux, parvenir à une croissance forte, durable et équilibrée et soutenir la croissance et développement de l’économie mondiale. La Russie propose d’accueillir le sommet du G20 en 2013. Le Brésil, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud accueillent et apprécient l’offre de la Russie.

15. Nous appelons à une réalisation rapide des objectifs de réforme du Fonds monétaire international convenus lors des précédents sommets du G20 et réaffirmons que la structure de gouvernance des institutions financières internationales doit refléter les changements survenus dans l’économie mondiale, en augmentant la voix et la représentation. des économies émergentes et des pays en développement.

16. Reconnaissant que la crise financière internationale a mis en évidence les insuffisances et les déficiences du système monétaire et financier international existant, nous soutenons la réforme et l’amélioration du système monétaire international, avec un système de monnaie de réserve internationale à large assise assurant stabilité et certitude. Nous saluons le débat actuel sur le rôle du DTS dans le système monétaire international existant, y compris la composition du panier de monnaies du DTS. Nous appelons à accorder davantage d’attention aux risques liés aux flux massifs de capitaux transfrontaliers auxquels sont désormais confrontées les économies émergentes. Nous appelons à davantage de surveillance et de réforme de la réglementation financière internationale, à un renforcement de la coordination politique et de la coopération en matière de réglementation et de supervision financière,

17. La volatilité excessive des prix des matières premières, en particulier ceux des produits alimentaires et de l’énergie, fait peser de nouveaux risques sur la reprise en cours de l’économie mondiale. Nous soutenons la communauté internationale dans le renforcement de la coopération afin d’assurer la stabilité et le fort développement du marché physique en réduisant les distorsions et en régulant davantage le marché financier. La communauté internationale doit travailler ensemble pour accroître la capacité de production, renforcer le dialogue entre producteurs et consommateurs pour équilibrer l’offre et la demande, et accroître le soutien aux pays en développement en termes de financement et de technologies. La régulation du marché des produits dérivés sur matières premières devrait donc être renforcée pour empêcher les activités susceptibles de déstabiliser les marchés. Nous devrions également nous attaquer au problème du manque d’informations fiables et actuelles sur la demande et l’offre au niveau international, niveaux régional et national. Les BRICS mèneront une coopération plus étroite en matière de sécurité alimentaire.

18. Nous soutenons le développement et l’utilisation de ressources énergétiques renouvelables. Nous reconnaissons le rôle important des énergies renouvelables comme moyen de lutter contre le changement climatique. Nous sommes convaincus de l’importance de la coopération et de l’échange d’informations dans le domaine du développement des ressources énergétiques renouvelables.

19. L’énergie nucléaire continuera à être un élément important du futur mix énergétique des pays BRICS. La coopération internationale dans le développement d’une énergie nucléaire sûre à des fins pacifiques devrait se dérouler dans des conditions de strict respect des normes et exigences de sécurité pertinentes concernant la conception, la construction et l’exploitation des centrales nucléaires.

20. Accélérer la croissance durable des pays en développement est l’un des défis majeurs du monde. Nous pensons que la croissance et le développement sont essentiels pour lutter contre la pauvreté et atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). L’éradication de l’extrême pauvreté et de la faim est un impératif moral, social, politique et économique de l’humanité et l’un des plus grands défis mondiaux auxquels le monde est confronté aujourd’hui, en particulier dans les pays les moins avancés d’Afrique et d’ailleurs.

21. Nous appelons la communauté internationale à mettre activement en œuvre le document final adopté par la réunion plénière de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur les OMD tenue en septembre 2010 et à atteindre les objectifs des OMD d’ici 2015 comme prévu.

22. Le changement climatique est l’une des menaces mondiales qui menacent les moyens de subsistance des communautés et des pays. La Chine, le Brésil, la Russie et l’Inde apprécient et soutiennent l’accueil par l’Afrique du Sud de la COP17/CMP7 de la CCNUCC. Nous soutenons les Accords de Cancún et sommes prêts à déployer des efforts concertés avec le reste de la communauté internationale pour mener à bien les négociations de la Conférence de Durban en appliquant le mandat de la Feuille de route de Bali et en conformité avec le principe d’équité et de politique commune mais différenciée. responsabilités. Nous nous engageons à œuvrer en faveur d’un résultat global, équilibré et contraignant pour renforcer la mise en œuvre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et de son Protocole de Kyoto. Les BRICS intensifieront leur coopération lors de la conférence de Durban.

23. Le développement durable, comme l’illustrent la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement, Action 21, le Plan de mise en œuvre de Johannesburg et les traités multilatéraux sur l’environnement, devrait être un véhicule important pour faire progresser la croissance économique. La Chine, la Russie, l’Inde et l’Afrique du Sud apprécient le Brésil comme hôte de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable de 2012 et se réjouissent de travailler avec le Brésil pour parvenir à un nouvel engagement politique et obtenir des résultats positifs et pratiques dans les domaines de la croissance économique, du développement social et de la protection de l’environnement. dans le cadre du développement durable. Le Brésil, la Russie, la Chine et l’Afrique du Sud apprécient et soutiennent l’accueil par l’Inde de la onzième réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique. Brésil,

24. Nous soulignons notre ferme engagement à renforcer le dialogue et la coopération dans les domaines de la protection sociale, du travail décent, de l’égalité des sexes, de la jeunesse et de la santé publique, y compris la lutte contre le VIH/SIDA.

25. Nous soutenons le développement des infrastructures en Afrique et son industrialisation dans le cadre du Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD).

26. Nous sommes convenus de continuer à élargir et à approfondir la coopération économique, commerciale et d’investissement entre nos pays. Nous encourageons tous les pays à s’abstenir de recourir à des mesures protectionnistes. Nous saluons les résultats de la réunion des ministres du Commerce des BRICS tenue à Sanya le 13 avril 2011. Le Brésil, la Chine, l’Inde et l’Afrique du Sud restent engagés et appellent les autres membres à soutenir un système commercial multilatéral fort, ouvert et fondé sur des règles, incarné dans le Organisation mondiale du commerce et une conclusion réussie, globale et équilibrée du Cycle de développement de Doha, fondée sur les progrès déjà réalisés et conforme à son mandat de développement. Le Brésil, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud soutiennent pleinement l’adhésion rapide de la Russie à l’Organisation mondiale du commerce.

27. Nous avons examiné les progrès de la coopération des BRICS dans divers domaines et partageons l’opinion selon laquelle cette coopération a été enrichissante et mutuellement bénéfique et qu’il existe de grandes possibilités de coopération plus étroite entre les BRICS. Nous nous concentrons sur la consolidation de la coopération des BRICS et sur le développement ultérieur de leur propre agenda. Nous sommes déterminés à traduire notre vision politique en actions concrètes et à approuver le plan d’action ci-joint, qui servira de base à une coopération future. Nous examinerons la mise en œuvre du Plan d’action lors de notre prochaine réunion des dirigeants.

28. Nous avons l’intention d’explorer la coopération dans le domaine de la science, de la technologie et de l’innovation, y compris l’utilisation pacifique de l’espace. Nous félicitons le peuple et le gouvernement russes à l’occasion du 50e anniversaire du vol spatial de Youri Gagarine, qui a marqué le début d’une nouvelle ère dans le développement de la science et de la technologie.

29. Nous exprimons notre confiance dans le succès de l’Universiade de 2011 à Shenzhen, de l’Universiade de 2013 à Kazan, des Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2014 à Nanjing, des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de 2014 à Sotchi, de la Coupe du Monde de la FIFA 2014 au Brésil, des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2016. Jeux Olympiques et Paralympiques de Rio de Janeiro et Coupe du Monde FIFA 2018 en Russie.

30. Nous présentons nos plus sincères condoléances au peuple japonais pour les nombreuses pertes en vies humaines consécutives aux catastrophes qui ont frappé le pays. Nous poursuivrons notre soutien pratique au Japon pour surmonter les conséquences de ces catastrophes.

31. Les dirigeants du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de l’Afrique du Sud remercient chaleureusement la Chine pour avoir accueilli la réunion des dirigeants des BRICS, ainsi que le gouvernement provincial de Hainan et le gouvernement municipal de Sanya et leur population pour leur soutien à la réunion.

32. Le Brésil, la Russie, la Chine et l’Afrique du Sud remercient l’Inde d’avoir accueilli la réunion des dirigeants des BRICS en 2012 et offrent leur plein soutien.
Plan d’action

Nous avons formulé le Plan d’action, jetant les bases de la coopération des BRICS, dans le but de renforcer la coopération des BRICS et de bénéficier à nos peuples.

I. Renforcer les programmes de coopération existants

1. Organiser la troisième réunion des hauts représentants pour les questions de sécurité au cours du second semestre 2011 en Chine.

2. Tenir la réunion des ministres des Affaires étrangères lors de la 66ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

3. Organisez une réunion des sherpas/sous-sherpas en temps voulu.

4. Les représentants des organisations internationales basées à New York et à Genève se réunissent périodiquement de manière informelle.

5. Les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales se réunissent dans le cadre du G20 et lors des réunions annuelles de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international.

6. Organiser la réunion du groupe de travail d’experts agricoles et la deuxième réunion des ministres de l’agriculture en 2011 en Chine, et coopérer sur des questions telles que la création du système d’information agricole des BRICS et l’organisation d’un séminaire sur la sécurité alimentaire.

7. Organiser la réunion des chefs des institutions nationales de statistique en septembre 2011 en Chine.

8. Organiser la deuxième Conférence internationale sur la concurrence des BRICS en septembre 2011 en Chine et explorer la possibilité de signer un accord de coopération entre les agences antimonopoles.

9. Continuer à organiser les symposiums des groupes de réflexion des BRICS et envisager de créer un réseau de centres de recherche de tous les pays des BRICS.

10. Organiser un autre forum d’affaires avant la prochaine réunion des dirigeants des BRICS.

11. Renforcer la coopération financière entre les banques de développement des BRICS.

12. Mettre en œuvre le protocole d’intention entre les cours suprêmes des pays BRIC.

13. Publier la publication statistique conjointe des pays BRICS.

14. Poursuivre la tenue de l’Assemblée des Coopératives.

II. De nouveaux domaines de coopération

1. Organiser le premier Forum de coopération entre les villes amicales et les gouvernements locaux des BRICS en 2011 en Chine.

2. Accueillir la réunion des ministres de la Santé en 2011 en Chine.

3. S’engager dans des recherches conjointes sur les questions économiques et commerciales.

4. Mettre à jour, le cas échéant, la bibliographie sur les pays BRICS.

III. De nouvelles propositions à explorer

1. Coopérer dans le domaine culturel selon l’accord des dirigeants des BRICS.

2. Encourager la coopération dans le sport.

3. Explorer la faisabilité d’une coopération dans le domaine de l’économie verte.

4. Organiser une réunion de hauts fonctionnaires pour discuter des moyens de promouvoir la coopération scientifique, technologique et innovante au format BRICS, notamment en créant un groupe de travail sur la coopération dans l’industrie pharmaceutique.

5. Créer, à l’UNESCO, un « GROUPE BRICS-UNESCO », visant à développer des stratégies communes dans le cadre du mandat de l’Organisation.

6. Dans les domaines économique, financier et du développement, les BRICS constituent une plateforme majeure de dialogue et de coopération.

Source : Portail Web officiel du gouvernement chinois – @BRICSresearch

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *