La Banque chinoise d’import-export (China Eximbank) a prêté 63 milliards de dollars (59,2 milliards d’euros) aux pays africains entre 2000 et 2015, selon le rapport publié le 1er mai par la China Africa Research Initiative (CARI) de l’Université américaine Johns Hopkins.

Intitulé « Les Etats-Unis et la Chine en Afrique : que disent les données ? » (The United States and China in Africa: What does the data say?), le rapport indique que la Banque américaine d’import-export  (U.S. Eximbank) n’ont contribué que d’1,7 milliard de dollars dans le continent.

China Eximbank a contribué dans l’ensemble des 54 pays africains, avec des prêts à l’Angola (11%), l’Ethiopie (11%), le Kenya (10%), le Soudan (8%), le Cameroun (6%) et la RD Congo (5%). A contrario, les États-Unis ont réalisé dans seulement 5 pays.

Le transport est le principal secteur de prêts de la China Eximbank en Afrique, à 44%, suivi de l’énergie (29%), de l’eau & assainissement (5%) et des télécommunications (5%).

En proportion du stock mondial d’IDE, l’investissement de la Chine en Afrique a représenté 3,7% en 2015, plus important que celui des États-Unis, où l’Afrique ne représentait que 1,4%.

Toutefois, la valeur des exportations de pétrole africain vers la Chine a diminué de 50%, passant de 53,1 milliards de dollars (49,9 mds €) en 2014 à 27,5 milliards de dollars (25,8 mds €) en 2015.

Pour les auteurs du rapport, l’engagement chinois se concentre sur les besoins en infrastructures en Afrique. Toutefois, ces derniers recommandent aux États-Unis et la Chine de faire davantage pour travailler ensemble dans le développement des routes, des chemins de fer, des aéroports et des ports africains. Ils souhaitent également que les deux puissances économiques mondiales coordonnent l’engagement qui couvre le commerce, l’investissement direct à l’étranger et le financement des prêts en Afrique.

Enfin, ils recommandent que les États-Unis et la Chine se diversifient des secteurs riches en ressources et se concentrent sur d’autres industries africaines en croissance, comme la fabrication.

L’influence de la Chine en Afrique est positive