Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, a vivement critiqué la déclaration de l’ambassadeur d’Allemagne en Chine, Michael Clauss, vis-à-vis des consultations bilatérales de cyber-sécurité.

Michael Clauss aurait indiqué dans une interview accordée au South China Morning Post, que les deux pays avaient convenu en juin 2016 la création d’un groupe pour discuter des problèmes de cyber-citoyens mais qu’il « n’a pas encore vu le jour« .

Parole contre parole

Il a déclaré que les demandes d’un « dialogue significatif » sur les restrictions chinoises visant les réseaux privés virtuels (VPN), utilisés pour la communication cryptée et pour échapper à la Grande Muraille du web, « n’ont malheureusement pas encore reçu de réponse positive ».

Selon Hua Chunying, « les propos de l’ambassadeur ne sont pas constructifs, et certains d’entre eux ont même tort », ajoutant que « la Chine est toujours ouverte aux échanges et à la coopération avec l’Allemagne dans le domaine de la cyber-sécurité ».

Cette dernière a indiqué que les deux parties avaient mené des échanges à ce sujet dans le cadre du dialogue de haut niveau sur la sécurité entre la Chine et l’Allemagne en juin dernier.

Les autorités chinoises assurent avoir invité à plusieurs reprises la partie allemande à envoyer une délégation en Chine pour des consultations sur la cybersécurité, mais elle ne l’a jamais fait, a rappelé Mme Hua.

« Il est aberrant que la partie allemande accuse aujourd’hui la Chine de manquer de sincérité », a déclaré Hua Chunying, qui s’est dit espérer que « l’ambassade d’Allemagne et les personnes concernées pourront s’abstenir de remarques non professionnelles et irresponsables et faire quelque chose de propice au développement de relations bilatérales et à une coopération mutuellement bénéfique ».