Chronique historique officielle traitant de la fin de la dynastie Han (184-220), et de la période des Trois Royaumes de Chine (220-280). Paru en 429 après Jésus Christ, cette chronique a été annotée et augmentée par  l’historien Pei Songzhi (372-451).

Les chroniques rassemblent plusieurs textes retraçant des événements ayant eu lieu entre 184 et 280. Elles sont connues pour être l’un des quatre grands romans classiques, avec le Shiji, le Han Shu et le Hou han shu.

Un texte structuré  et précis

Ce texte a été écrit au départ par l’historien Chen Shou (233-297), puis complétée par Pei Songzhi. Les Chroniques des Trois Royaumes sont

  • divisés en 64 chapitres,
  • formés de 3 livres, un pour chaque royaume : 30 chapitres sont consacrés au royaume de Wei, 15 à celui du Shu et 20 à celui du Wu.

Chaque chapitre est constitué d’une ou de plusieurs biographies des grandes figures de l’époque, comme

  • Sun Quan, seigneur de guerre chinois à l’époque de la fin de la dynastie Han et premier empereur de la dynastie des Wu occidentaux lors du début de la période des Trois Royaumes
  • Zhou Yu, stratège militaire chinois de la fin de la dynastie Han et du début de la période des Trois Royaumes
  • Lu Su, ex-vassal du royaume Wu, devenu Commandant au service des Wu contre les royaumes de Wei et de Shu
  • Lü Meng, combattant émérite, courageux, il participa victorieusement à la Bataille de la Falaise Rouge en 208

Des chroniques rédigées en deux étapes

Les chroniques sont une compilation de texte écrits par le lettré Chen Shou, durant la dynastie Jin (265-420), après la conquête par cette dernière du royaume de Shu. Chen Shou reçoit alors du ministre Zhang Hua la mission de créer une histoire des Trois Royaumes.

Les royaumes de Wu et de Wei possédaient leurs propres archives historiques, lui servant de base principalement de son travail de recherche. A contrario, le royaume de Shu n’avait aucune archive, obligeant Chen Shou a les créer lui-même.

Chen Shou légitime la dynastie Jin, issue du royaume de Wei, en donnant des statuts particuliers aux dirigeants. Cao Cao et ses successeurs étaient appelés « empereur » ou « duc ». Cao Cao au début de sa biographie est également appelé « Grand ancêtre ». Les monarques du royaume de Wu n’ont pas de statut, seul leur nom figure. Cependant, Chen Shou, natif du royaume de Shu, donna le titre de « seigneur » à leurs dirigeants. Ainsi il donne à Liu Bei le titre de « Premier seigneur ».

Le texte est complété par Pei Songzhi

Au Vème siècle sur ordre impérial, le texte est complété par Pei Songzhi, car le texte initial de Chen Shou était considéré trop court, trop subjectif. De plus, la version de Chen Shou était critiqué car il ne racontait qu’une version de l’histoire et comptait de nombreuses omissions.

Pei Songzhi acheva la rédaction des chroniques en 429. Son travail a une rigueur historique pour l’époque. En effet, Pei Songzhi cite toujours ses sources, aussi bien l’auteur des propos qu’il transcrivait, que les ouvrages dans lesquels il les avait tirés.  A cela s’ajoute :

  • Pei Songzhi rédigeait les faits, et n’apportait que rarement des commentaires personnels,
  • Pei Songzhi ne cherchait jamais à expliquer le cours des événements par la morale confucéenne ou la transmission du mandat céleste
  • la ligne de conduite de Pei Songzhi visait à incorporer toute anecdote qui aurait pu être oubliée par Chen Shou. Il a compilé des textes qui se contredisent.
  • Pei Songzhi n’apportait aucun jugement, il a également adjoint toutes les versions que l’on citait d’un événement, même lorsque du fantastique ou du surnaturel apparaissait, ainsi que toutes les versions non officielles de l’histoire ;
  • contrairement à Chen Shou qui s’appuyait principalement sur les archives du Wei, Pei Shongzhi compila également les points de vue des autres royaumes, encore une fois malgré les contradictions des récits ;
  • Pei Songzhi fit des recherches sur les positions géographiques des événements qui eurent lieu, et ajouta le résultat de ses travaux au nouvel ouvrage.