De CGTN – La libération de Meng Wanzhou révèle la tentative de Washington d’empêcher sa concurrence féroce avec Pékin de dégénèrer en conflit, mais c’est loin d’être un renversement des tensions bilatérales.

«Je suis enfin de retour à la maison», a déclaré la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, lors de son atterrissage à l’aéroport de Shenzhen le 25 septembre 2021.

Après près de trois ans d’assignation à résidence au Canada, Meng Wanzhou et son équipe juridique ont conclu vendredi un accord avec le ministère américain de la Justice qui lui a permis de retourner en Chine. Ce moment a marqué la fin d’une longue saga juridique et politique qui s’est déroulée dans un contexte de tensions croissantes entre Pékin et Washington.

Peu de temps après la conclusion de l’accord, Meng Wanzhou est monté à bord d’un vol charter d’Air China à destination de la ville de Shenzhen, dans le sud de la Chine, où Huawei est basé.

Meng Wanzhou, 49 ans, n’a pas plaidé coupable aux accusations de fraude. En vertu de l’accord, elle ne sera plus poursuivie aux États-Unis et la procédure d’extradition au Canada sera terminée, selon un communiqué publié par William Taylor III, l’un des avocats représentant Meng Wanzhou.

«Les faits ont déjà prouvé qu’il s’agit d’une persécution politique contre un citoyen chinois et son objectif est de réprimer les entreprises chinoises de haute technologie», a déclaré samedi la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

QUE S’EST-IL PASSE IL Y A TROIS ANS ?

Le 1er décembre 2018, les autorités canadiennes ont arrêté Meng Wanzhou à la demande du gouvernement américain qui l’a accusée de fraude électronique et a demandé son extradition. L’incident a eu lieu alors que l’administration Trump adoptait une approche agressive dans ses relations avec la Chine sur diverses questions, notamment le commerce et la technologie.

Quatre mois avant l’arrestation de Meng Wanzhou, le gouvernement américain a tiré la salve d’ouverture contre les entreprises chinoises de haute technologie en interdisant au gouvernement fédéral l’utilisation de produits par Huawei et ZTE, deux des principaux fournisseurs chinois d’équipements de télécommunications, invoquant des problèmes de sécurité. L’année suivante, Huawei a été ajouté à la liste d’entités du département américain du Commerce, ce qui a effectivement interdit aux entreprises américaines de faire des affaires avec le géant chinois de la technologie.

POURQUOI MAINTENANT ?

Au cours des trois dernières années, la détention de Meng a été une question épineuse entre la Chine et les Etats-Unis. Des tensions qui étaient insondables il y a des années ont pris un crescendo incendiaire. Deux facteurs ont facilité sa libération, selon Guo Changlin, ancien diplomate de haut rang à l’ambassade de Chine aux États-Unis.

Joe Biden et Xi Jinping en 2015.

« Le président américain Joe Biden cherche à rencontrer son homologue chinois Xi Jinping lors du prochain sommet du G20 en personne. Justin Trudeau vient [également] d’être réélu Premier ministre canadien [à une courte majorité] et est impatient de se débarrasser de l’affaire Meng, qui après tout a été une importante source de discorde entre la Chine et le Canada », a déclaré Guo à CGTN lors d’un entretien téléphonique.

Malgré la dure politique chinoise de Washington, Joe Biden lui-même a développé une relation étroite avec Xi Jingping lorsque les deux étaient vice-présidents. Joe Biden est allé en Chine quatre fois et les deux se sont rencontrés 11 fois en personne, a noté Li Cheng, directeur du John L. Thornton China Center à la Brookings Institution.

« Ce que je voulais dire, c’est que lorsque je suis revenu de ma rencontre avec lui [Xi] et que j’ai parcouru 27 359 km avec lui… – c’est ainsi que j’ai appris à si bien le connaître », a fait remarquer Joe Biden lors d’une assemblée publique en février. « Ils ont une amitié personnelle, mais jusqu’où Joe Biden pourrait aller à la lumière des sentiments anti-chinois à l’échelle nationale, cela reste à voir », a déclaré Guo.

Li estime que Biden doit montrer ses muscles puisque la base électorale américaine adopte de plus en plus le message anti-chinois. « Il n’est pas si conflictuel lui-même », a-t-il ajouté.

QUE SIGNIFIE LA LIBÉRATION DE MENG POUR LES LIENS ENTRE LA CHINE ET LES ÉTATS-UNIS ?

Le communiqué montre la tentative de Washington d’empêcher la concurrence féroce de devenir incontrôlable, mais cela ne constitue pas un renversement des tensions bilatérales, selon Guo. Les accusations contre Huawei restent en place et le géant de la technologie est toujours sur la liste noire américaine.

La guerre technologique se prépare. Les États-Unis ont été les pionniers de la troisième révolution industrielle et ils ont été au sommet de la pyramide au fil des décennies. Cependant, à l’aube du 21ème siècle, la Chine et les États-Unis sont devenus de féroces prétendants à la quatrième révolution industrielle, dominée par les puces et les algorithmes.

La Maison Blanche a classé la Chine comme « le seul concurrent potentiellement capable de combiner sa puissance économique, diplomatique, militaire et technologique » dans son Interim National Security Strategic Guidance.

« La fin de l’ère de l’engagement pourrait remonter à 2010, lorsque la Chine est devenue la deuxième plus grande économie du monde », a déclaré Guo. Lorsque le PIB de la Chine a dépassé de 60 % celui des États-Unis en 2014, l’hostilité a encore augmenté, avec des politiques d’endiguement allant du commerce aux droits de l’homme au fil des ans.

La tentative de Washington de contenir la Chine dans le domaine de la haute technologie est antérieure à la guerre commerciale de Donald Trump et se poursuit à ce jour. Un découplage high-tech semble inévitable.