La réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de coopération de Shanghai visait à préparer le prochain sommet de l’OCS, qui doit se tenir en novembre. A cette occasion, le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, a fait cinq propositions.

La Chine est prête à maintenir une coordination étroite avec ses partenaires pour permettre à l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) de gérer plus efficacement toutes sortes de risques et de défis, a déclaré le ministre des affaires étrangères de Chine, Wang Yi.

Ce dernier a indiqué lors d’une réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) que « la pandémie de Covid-19 a profondément transformé le monde, l’économie mondiale traverse une récession sans précédent, les brimades et les tentatives d’intimidation unilatérales sont en pleine recrudescence, et la gouvernance mondiale navigue en eaux inconnues ».

Au cours de la réunion, Wang Yi a fait cinq propositions aux dirigeants présents pour un renforcement de la coopération au sein de l’OCS :

  • les pays membres de l’OCS doivent se soutenir fermement les uns les autres, et protéger leurs intérêts fondamentaux réciproques.

« Les forces étrangères ne cessent de s’ingérer dans les affaires intérieures des pays membres de l’OCS, et résister aux ingérences étrangères est l’un des défis communs auxquels tous les pays membres de l’OCS sont confrontés. Tant que nous restons unis et que nous coopérons de manière sincère, l’avenir de nos pays sera décidé par nos propres peuples, et la stabilité régionale sera efficacement maintenue ».

  • les pays membres de l’OCS doivent rester unis et continuer à coopérer pour vaincre conjointement le COVID-19.

« La Chine est prête à approfondir sa coopération avec toutes les parties dans leur lutte contre la pandémie, à continuer à promouvoir la mise en place de mécanismes conjoints de prévention et de contrôle dans les zones frontalières, et à donner la priorité aux besoins des pays membres de l’OCS dès que la Chine aura développé et mis en service des vaccins contre le COVID-19 », a indiqué le diplomate.

  • les pays membres de l’OCS doivent continuer à échanger et à partager pour mieux faire face à divers risques en matière de sécurité.

« Il convient d’appliquer un concept de sécurité à la fois commun, global, coopératif et durable, de maintenir la pression contre le ‘Turkestan oriental’ et les autres mouvements violents, et d’empêcher les « trois forces » que sont le séparatisme, l’extrémisme et le terrorisme d’utiliser l’épidémie pour semer le chaos », a-t-il affirmé.

  • l’OCS doit adhérer à un principe de développement coordonné, et s’efforcer de stimuler la reprise économique dans tous les États membres.

Wang Yi a souligné que les membres de l’OCS devaient « trouver un équilibre entre la lutte contre la pandémie et le développement économique, renforcer la coordination de leurs politiques macro-économiques et de leurs stratégies de développement, créer des ‘couloirs express’ pour les échanges de personnel essentiel et des ‘couloirs verts’ pour le transport de marchandises, (…) et promouvoir globalement la construction de la Ceinture et de la Route ».

Les représentants de la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan se sont dits « prêts à renforcer leur coopération dans la lutte contre l’épidémie, y compris dans le domaine de la recherche et du développement de vaccins et de médicaments ».

Soulignant que cette année marque le 75e anniversaire de la fondation de l’ONU, les membres de l’OCS ont souligné « la nécessité de préserver la Charte des Nations Unies et les normes qui régissent les relations internationales, de soutenir le multilatéralisme et de s’opposer à l’unilatéralisme, et de résister à l’ingérence des forces extérieures dans les affaires internes des pays de la région ».

Enfin, ils ont également décidé « d’intensifier les échanges humains et culturels entre les pays de la région, d’approfondir les échanges entre l’OCS et les autres organisations internationales, et d’amener l’OCS à jouer un rôle plus important dans les affaire internationales ».