vendredi, février 9

Découverte de grenades en pierre de la dynastie Ming près de la Grande Muraille

59 grenades en pierre de la dynastie Ming ont été découvertes dans la partie ouest de la Grande Muraille de Chine de Badaling. C’est la première que les archéologues ont trouvés un entrepôt d’armes de ce type est mis à jour.

Un découverte inédite

Les archéologues ont trouvés de vieilles grenades en pierre dans les ruines d’un bâtiment situé dans la partie ouest de la Grande Muraille de Badaling, site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO,

Ce type de grenade était utilisé comme arme par les gardiens de la muraille. Pour la première, les archéologues ont trouvés un entrepôt d’armes de ce type est mis à jour, selon les archéologues.

« C’est la première fois qu’un tel entrepôt d’armes est découvert le long de la Grande Muraille, ce qui change nos perceptions antérieures », a déclaré Shang Heng, chercheur à l’institut municipal d’archéologie, à l’agence de presse, Xinhua.

Auparavant, plus de 400 grenades en pierre similaires ont été trouvées. Il s’agissait probablement d’une arme courante pour les gardes de la Grande Muraille durant la dynastie Ming (entre 1368 et 1644).

« Ces pierres apparemment banales ont un trou rond au centre pour le remplissage de poudre à canon. Une fois remplies, elles peuvent être scellées et jetées, ce qui peut non seulement toucher l’ennemi mais aussi provoquer une explosion pour vaincre l’ennemi », a expliqué l’archéologue.

Les chinois innovaient

La poudre à canon aurait été inventée en Chine dans les années 900, selon la revue Live Science. Au départ, la dynastie Ming utilisait des armes à poudres appelées « rats volants », « briques réfractaires » ou encore « boules de feu chausse-trappes », selon Tonio Andrade, auteur de The Gunpowder Age : China, Military Innovation, and the Rise of the West in World History, interrogé par le site scientifique.

Tonio Andrade a expliqué que « les bombes ont été l’une des premières ‘applications meurtrières’, fabriquées en pierre ou en fer et lancées à la main, par catapulte ou par trébuchet ».

Les archéologues chinois ont également découvert un fort en pierre en partie conservé près du mur où ont été trouvées les armes explosives. Au sein des restes des tours défensives du mur, il y avait des foyers, des poêles, des pelles et des ustensiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *