Une délégation de parlementaires allemands s’est rendue à Taïwan le 8 janvier, avant une visite ministérielle prévue cette année. Ces initiatives pourraient accroître les tensions avec la Chine.

Johannes Vogel, du parti libéral FDP, membre de la coalition du chancelier Olaf Scholz, a posté sur Twitter une photo de lui et de sa collègue Marie-Agnes Strack-Zimmermann à bord de «l’avion pour Taïwan».

Les députés veulent ainsi «manifester (leur) solidarité avec le peuple de Taïwan par ce voyage», avait indiqué à l’Agence France Presse, Marie-Agnes Strack-Zimmermann, présidente de la commission de la Défense du Bundestag.

Ce voyage devrait être suivi au printemps d’une visite de la ministre allemande de l’Éducation, Bettina Stark-Watzinger, selon l’AFP. Il s’agirait de la première visite ministérielle allemande à Taïwan en 26 ans.

La délégation de parlementaires devrait rencontrer, lors de sa visite organisée du 9 janvier au 12 janvier 2023, des représentants du gouvernement et de l’opposition, ainsi que des organisations de défense des droits humains, des représentants de l’économie et des militaires, a indiqué avant leur voyage Bettina Strack-Zimmermann.

Ces initiatives diplomatiques allemandes risquent de susciter des tensions avec la Chine, qui s’oppose aux visites de députés étrangers, qualifiées d’ingérence dans ses affaires intérieures.

Les relations entre Pékin et Taipei, tendues depuis plusieurs mois, se sont brutalement dégradées en 2022. La Chine a multiplié les manœuvres militaires autour de l’île qu’il considère comme une partie de son territoire à reconquérir un jour, par la force si nécessaire.

La Chine a dénoncé la venue d’une délégation de parlementaires allemands à Taipei. «La cause profonde du problème de Taïwan est précisément que la loi de la jungle, l’hégémonisme, le colonialisme, le militarisme et le nationalisme étaient endémiques dans le monde, et la Chine en a profondément souffert», a réagi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse.

«L’Allemagne a (vécu) une leçon historique profonde et douloureuse sur ce sujet», a-t-il ajouté, visant la délégation des parlementaires allemands. «Nous exhortons ces politiciens allemands à respecter sincèrement le principe d’une seule Chine». 

Johannes Vogel a indiqué qu’à «la lumière des menaces militaires de la Chine, nous sommes venus à Taïwan en tant que délégation du FDP, car un signe de soutien à Taïwan est nécessaire aujourd’hui». 

L’élu allemand considère la situation de Taïwan d’inquiétante. Il a évoqué l’invasion de l’Ukraine par la Russie, et associé le président chinois Xi Jinping à son homologue russe Vladimir Poutine, qui pourrait, selon lui, être également tenté de déclencher une guerre. «Après Poutine vient Xi», a lancé M. Vogel.

Les parlementaires allemands s’inquiètent également d’une trop grande dépendance économique de l’Allemagne envers la Chine, son premier partenaire commercial en 2021.