Le président américain Donald Trump a menacé de cesser de partager des renseignements avec les pays européens qui acceptent de travailler avec le géant chinois des télécommunications, Huawei, dans la mise en place de son réseau 5G, d’après l’ambassadeur américain en Allemagne, Richard Grenell.

Washington fait pression depuis plusieurs années sur les pays européens pour qu’ils ne donnent pas accès à l’équipementier Huawei dans leurs futurs réseaux de télécommunications 5G, assurant qu’il y a un risque d’espionnage.

Le président Donald Trump « m’a donné des instructions pour dire clairement que toute nation qui décide d’utiliser un distributeur 5G qui n’est pas digne de confiance, met en danger notre capacité de partager des renseignements et des informations au plus haut niveau », a écrit Richard Grenell sur Twitter.

Le diplomate a précisé que Donald Trump l’avait appelé depuis l’avion présidentiel Air Force One pour lui transmettre ce message. Parmi les alliés européens des Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont indiqué qu’ils n’allaient pas empêcher Huawei de participer dans leurs futurs réseaux de télécommunications 5G, tout en lui imposant certaines restrictions.

A lire aussi : « Huawei ne sera pas écarté de son réseau » en France

En marge de la conférence sur la sécurité à Munich, le ministre américain des Affaires étrangères, Mike Pompeo, a dénoncé le « Cheval de Troie » que constitue à ses yeux l’équipementier chinois.

Selon lui, l’implication dans les réseaux 5G occidentaux conduira à ses yeux à transférer les données de tous les utilisateurs au « Parti communiste chinois » et aux « services secrets chinois ».

A lire aussi : Londres autorise la participation de Huawei

De son côté, le ministère chinois des affaires étrangères, Wang Yi, a invité les Européens à faire un « choix indépendant et sage » en respectant « l« équité pour tous les entreprises ».