Sélectionner une page

SOCIETE

Enfants kidnappés, le gouvernement commence à agir

La semaine dernière, les autorités ont fait plusieurs annonces concernant les enfants enlevés. Désormais, les enfants kidnappés pourront être adoptés, plutôt qu’envoyer dans des foyers et une plateforme internet vient d’être lancée pour retrouver les parents de ces enfants secourus par la police.

"Take a photo save a child" by Baby Back Home et JWT agency.

« Take a photo save a child » by Baby Back Home et JWT agency.

Une législation plus stricte

Depuis plusieurs années, le gouvernement durcit ses mesures pour endiguer le trafic d’enfants dans le pays. En juin 2015 un projet de loi a durcit les sanctions contre les chinois ayant « achetés » un enfant kidnappé. D’ailleurs, la Cour populaire suprême (CPS) avait annoncé en janvier, la diminution du nombre nombre d’affaires d’enlèvement et de trafic de femmes et d’enfants pour l’année 2014.

Les tribunaux du pays auraient ainsi traité 978 affaires de trafic de femmes et d’enfants en 2014, contre 1.313 en 2013 et 1.918 en 2012, selon la CPS. Ensuite, 12.963 trafiquants et acheteurs ont été sanctionnés dans le cadre de 7.719 affaires entre 2010 et 2014. Sun Jungong, porte-parole de la CPS, a indiqué lors d’un point presse que « parmi les personnes sanctionnées, 7.336 ont fait l’objet de peines lourdes allant de cinq ans d’emprisonnement à la peine de mort« .

Pour la seule année 2014, plus de 13.000 enfants kidnappés ont été secourus par la police et près de 54.000 ont été retrouvés entre 2009 et 2012, selon des chiffres du ministère de la sécurité publique. Cependant, seuls 3.800 de ces enfants ont été rendus à leurs parents biologiques après des tests ADN, comme ce fut le cas de Sun Bin. Les autres ont été placés dans des orphelinats et structures d’accueil. Cependant, ce mois-ci le gouvernement a annoncé que ces enfants pourront être adoptés.

Faciliter la recherche des parents  

Enfant retrouvé par la policeLe gouvernement a lancé samedi 19 septembre 2015 une base de données visant à sauver les enfants victimes de la traite d’être humain et à les aider à retrouver leurs parents.

Selon un communiqué du ministère chinois des Affaires civiles, cette base de donnée sera composée d’informations sur les enfants enlevés et sur ceux secourus par la police.

Cette mesure a été prise suite au démantèlement ces dernières années de réseau de trafic d’enfant et à la découverte de centaine d’enfants enlevés. La police ne dispose généralement pas d’informations suffisantes pour retrouver les véritables parents, raison pour laquelle, elle a décidé cette base de donnée, notamment après certaines initiatives prises par des associations et des particuliers sur internet. En effet, certains ont créé des blog sur leurs enfants disparus, un moyen pour les parents d’avoir des informations. D’autres se sont rapprochés d’association pour les aider à chercher leurs enfants.

Face à l’ampleur du phénomène, le ministère de la sécurité publique a publié la semaine dernière un protocole sur la manière de traiter les affaires d’enlèvement d’enfants. Désormais, la police va collecter l’ADN des parents lorsqu’un enfant est porté disparu, et la mettre en ligne dans la base de données nationale.

Lorsqu’un enfant disparu est retrouvé, la police devra collecter son ADN et chercher une correspondance éventuelle dans la base de données d’ADN. Les foyers, orphelinats et associations vont publier leurs informations dans cette base de donnée.

Les enfants kidnappés pourront être adoptés

Les ministères des Affaires civiles et de la Sécurité publique a annoncé ce vendredi 18 septembre dans un communiqué de presse commun que « les enfants enlevés et secourus par la police peuvent désormais être légalement adoptés, au lieu d’être abandonnés à leur sort dans des organismes de protection sociale dans l’attente de trouver leurs parents ».

Il est toutefois précisé qu’ils auront la possibilité d’être adopté si ses parents naturels ne sont pas trouvés dans un délai de 12 mois. Au-delà de cette limite, la famille adoptive devra signer un accord stipulant que l’enfant pourra retourner vivre avec ses parents biologiques, si ces derniers étaient localisés.

missing-children-mobile-search-application-missing-children-600-56152D’après le protocole du ministère de la sécurité publique, si les parents naturels retrouvent l’enfant après qu’il (elle) est adopté, et s’ils sont jugés aptes à élever un enfant par le gouvernement, les parents adoptifs seront invités à restituer volontairement l’enfant adopté.

Toutefois, l’enfant pourra être adopté définitivement en cas d’abandon ou d’une vente délibérée. D’après les statistiques du ministère de la Sécurité publique, près de 13.000 enfants enlevés ont été secourus l’an dernier, contre 54.000 entre 2009 et début 2013.

Ces tests ADN fonctionnent

En janvier 2015, Sun Bin a retrouvé ses parents 24 ans après avoir été enlevé dans un marché de Chengdu (Sichuan) où son père tenait un stand de légumes. « J’étais occupé avec un client et lorsque j’ai cherché après lui, il avait disparu. Tout ce qu’il me restait de lui, c’était une photo prise à un festival, quatre jours avant son enlèvement. Il avait 4 ans et 15 jours », a expliqué son père, Ku, lors de la réunion de la famille devant les caméras.

Sun Bin, âgé de 4 ans, a ensuite été vendu à un couple de la ville de Xuzhou, à environ 1.300 km de sa ville natale, pour un peu plus de 300€.  Sun Bin a expliqué que « le fait qu’ils (mes parents adoptifs, ndlr) aient payé les hommes qui m’ont volé à mes vrais parents a toujours signifié qu’il y avait une distance entre nous ».

Ce dernier a admit « qu’en grandissant, je les ai aimé pour leur gentillesse, mais je savais que je devais essayer de retrouver mes vrais parents« . En 2010, il commence à rechercher ses parents. Après avoir fourni un échantillon ADN aux autorités compétentes, la base de données gouvernementales a trouvé une correspondance avec l’échantillon laissé par le père.

Son père Ku et sa mère Lo ont passé 4 ans à parcourir la Chine à la recherche de leur enfant, mais ils abandonnent en 1995. La mère est morte de chagrin en 2011.

Une initiative citoyenne innovante 

L’association chinoise Baby Back Home, en partenariat avec l’agence de communication JWT, ont créé une application pour smartphones permettant d’aider la police à identifier et localiser des enfants kidnappés.

Chaque année, près de 20.000 enfants, surtout les petits garçons, sont arrachés à leur famille par des trafiquants appartenant à des réseaux très étendus, pour être vendus ou utiliser (mendicité, prostitution, travail forcé, …).

Face à la lenteur de la police et aux difficultés d’être entendus dans certaines régions pauvres, les parents se lancent eux-mêmes dans la recherche de leurs enfants. Certains les retrouvent après des années à sillonner tout le pays, d’autres l’espèrent encore.

Pour répondre aux attentes des parents, Baby Back Home et JWT ont créé en 2013 un concept « Take a photo to save a child ».

Une statue très réaliste représente la silhouette des parents, entrecoupée par celle de leur enfant, a été installée dans des lieux publics. A l’aide d’une application installée sur les smartphones, les passants prenant en photo cette statue obtiennent, sur leur écran, le visage d’un des enfants disparus.

Dés lors, lorsqu’une personne aura l’impression de reconnaître un enfant porté disparu, croisé au hasard d’une rue, elle pourra le prendre une photo et le comparer à celles des enfants de la base de données de Baby Back Home. L’association possède un système de reconnaissance faciale et grâce à l’application, la photo pourra être directement envoyée aux parents de l’enfant disparu.

Depuis sa création, l’application a permis de retrouver deux enfants kidnappés. En une semaine, l’application a été téléchargée plus de 20.000 fois permettant à l’association d’augmenter sa couverture médiatique et de promouvoir son action. C’est également un moyen pour les citoyens d’aider les parents et la police à retrouver ces enfants.

Recevez la Newsletter

Suivez-moi sur Twitter

Confrontation Chine – Etats-Unis

Coopération Chine – Afrique

Mers de Chine

Dossier explosif entre la Chine et ses voisins asiatiques




La Chine impériale

Africa Wire

%d blogueurs aiment cette page :