L’ethnie Xianbei est constituée de la fédération de tribus nomades la plus importante et la plus vaste de la région des steppes du nord de la Chine au cours des périodes Jin (265-420) et du Nord Dynasties (386-581).

Une ethnie de nomade

L’historiographie traditionnelle classifie les Xianbei parmi les barbares des « Hu de l’Est », pensant qu’ils étaient des parents du Wuhuan. Le peuple Wuhuan est un peuple issu de la chute et la division de l’Empire Donghu (avant la dynastie Qin).

Les Xianbei et Wuhuan parleraient les mêmes langues et possèderaient la même culture d’après le Hou hanshu (une des œuvres historiques chinoises officielles compilées par Fan Ye). Certaines habitudes de ces deux peuples sont également observées chez les Mongols, comme l’utilisation de yourtes rondes, la consommation de koumis ou l’utilisation de vêtements de laine.

Certains historiens assurent qu’ils étaient des Proto-Mongols, d’autres disent qu’ils étaient des Proto-Turcs. Parmi toutes les tribus Xianbei, les plus prospères sur le plan politique sont les Tuoba, qui ont fondé l’empire Wei du Nord.

À la fin du IIIème siècle avant notre ère, la puissante confédération Xiongnu, venue de l’actuelle Mongolie nomadisant dans les steppes entre le lac Baïkal et la Chine du Nord, soumet le Hu oriental.

Les Xianbei migrent plus vers l’est, dans la région de Liaodong et s’installent au pied du mont.Xianbei, d’où provient leur nom. Le règne de l’empereur Wu (151-87 av. J.-C.) de la dynastie Han (206 av. J.-C. – 220 ap.J.-C.) brise la fédération Xiongnu.

Les Hu occidentaux sont obligés de reconnaître la souveraineté de l’empire Han et sont installés de force plus au sud du pys. Les Xianbei ont alors migré dans la région de la rivière Siramuren.

Un peuple de chasseur et d’éleveur

Les Xianbei étaient des pasteurs nomades et d’excellents éleveurs de bétail. Célèbres pour leurs chevaux, ils élevaient des moutons et des antilopes saiga pour leurs cornes qui servaient de matériau pour leurs arcs. Chasseurs, ils échangeaient des fourrures de zibeline et de loutre.

Le peuple Xianbei était organisé en clans dirigés par des chefs, qui obéissaient à leur tour aux chefs supérieurs qui commandaient des structures sociales plus vastes. La loi pénale était très sévère.

Tous les ans, m’ensemble des clans de la fédération des Xianbei se réunissait lors d’une grande fête sur les rives de la rivière Raole (la rivière moderne Siramuren), afin de célébrer les mariages, naissances, ….

Les anciens Han ne connaissaient pas les Xianbei, ce n’est qu’entre 25 et 220 après Jésus Christ, qu’ils apprirent leur existence. En effet, les Xianbei et Wuhuan se sont alignés aux Xiongnu pour attaquer les régions frontalières de l’empire Han.

Tandis que les Xiongnu pillaient Shanggu et Zhongshan, les Xianbei pillaient les villes frontalières de la péninsule de Liaodong, dans la province du Liaoning. Le gouverneur de la commanderie de Liaodong, Ji Tong, décida d’autoriser les Xianbei à commercer dans certaines villes frontalières, afin d’éviter les pillages et destructions.

Les Xianbei se soumettent aux Han

Les Xiongnu méridionaux du sud-est ont alors déclaré leur vassalité à l’empire des Han, et les Xianbei ont commencé à rendre des hommages à la cour des Han.

En 49 après Jésus Christ, le chef des Xianbei, Pianhe eu l’ordre dau gouverneur Ji Tong, d’attaquer la tribu Xiongnu. À partir de ce moment, les Xiongnu et les Xianbei se sont fait la guerre.

Les troupes de Pianhe ont attaqué et vaincu le peuple Wuhuan. À partir de ce moment-là, les Xianbei étaient les vassaux des Han, avec le devoir d’apaiser la zone de steppe du nord. Cependant, en 85 ap. J.-C. les Xianbei s’allient aux Xiongnu du Sud, pour attaquer plusieurs villes du bassin du Tarim et contrer les Xiongnu du Nord.

En 87, ils envahissent l’est du territoire nord des Xiongnu et tuent leur khan. Les Xiongnu du Nord ont été forcés de migrer plus à l’ouest sur le territoire indo-européen Wusun. Les Xianbei ont pris le contrôle du territoire et sont devenus maîtres de la steppe mongole à la fin du Ier siècle après Jésus Christ. Beaucoup de Xiongnu n’ayant pas rejoint la migration vers l’ouest sont devenus partie intégrante de la fédération Xianbei.

A suivre …

Source principale : http://www.chinaknowledge.de