lundi, mai 20

La fuite des capitaux, hantise du gouvernement

Bien décidé à lutter contre la fuite des capitaux qui pèse sur le yuan et la croissance du pays, le gouvernement a engagé une série de mesure, ayant entraîné une baisse des investissements directs à l’étranger et obligé la Banque Populaire de Chine a relevé les taux du renminbi.

Baisse spectaculaire des IDE chinois

Les investissements chinois directs à l’étranger (IDE chinois) ont atteint 92,42 milliards de yuans (12,5 milliards d’euros), soit un recul de 52,8% sur un an, a annoncé jeudi le ministère du Commerce.

Cette diminution s’explique par la volonté de Beijing d’endiguer la fuite des capitaux hors du pays, d’éviter les investissements à risque de ces entreprises et de lutter contre la finance de l’ombre qui alloue des crédits risqués.

D’après les calculs de l’agence de presse britannique Reuters, le montant de ces investissements à l’étranger était de 39,15 milliards de yuans (5 mds €) en février, soit l’un des niveaux les bas depuis au moins 17 mois, après 53,27 milliards de yuans (7 mds €) en janvier.

Les investissements à l’étranger dans le divertissement, les sports et l’immobilier ont en particulier fortement baissé en janvier-février. De plus, les investissements directs étrangers en Chine ont aussi reculé au cours des deux premiers mois de l’année mais moins fortement, de 2,3% sur un an à 138,68 milliards de yuans (18 mds €).

Stabiliser le yuan pour éviter les fuites de capitaux

De plus, le gouvernement a accentué la surveillance et le contrôle des capitaux en raison des fortes pression sur sa monnaie, le renminbi. Raison pour laquelle, la Banque Populaire de Chine vient de relever une partie de sa grille de taux d’intérêt, afin justement d’éviter des sorties de capitaux et de préserver la stabilité du yuan.

La Banque Populaire de Chine a également relevé jeudi 16 mars le taux pivot du yuan de 0,37%, soit 253 « pips« , la hausse la plus importante en deux mois. Ce taux pivot du yuan est ainsi passé de 6,9115 mercredi 15 mars à 6,8862 jeudi 16 mars 2017. La hausse de ces taux à court terme intervient après la session parlementaire du 5 au 15 mars, dont la priorité est désormais de s’attaquer aux risques liés à l’accumulation rapide de la dette, en particulier celle des entreprises.

Cette décision survient après la décision de la FED de relever d’un quart de point son principal taux directeur. Or « la hausse des taux aux États-Unis et le resserrement de la politique monétaire américaine pourraient déclencher de nouvelles sorties de capitaux et avoir un impact négatif sur le système financier chinois », a expliqué Yang Zhao, économiste chez Nomura à l’agence Reuters.

Raison pour lesquelles, les autorités chinoises souhaitent « stabiliser la monnaie« , a estimé Yang Zhao. D’autant que « le timing est parlant. La Chine ne fait plus bande à part vis-à-vis de la Fed et, plus généralement, de la situation financière internationale », a souligné de son côté Alicia Garcia Herrero, économiste en chef pour la région Asie-Pacifique chez Natixis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *