mardi, juillet 16

Étiquette : guerre monétaire

La tentative de liberté du renminibi, par Yu Yongding
Chine-Etats-Unis, ECONOMIE, Tribunes - Analyses

La tentative de liberté du renminibi, par Yu Yongding

Project Syndicat - Début août, le taux de change du renminbi a franchi le seuil psychologique de 7 CNY par dollar américain. Alors que les investisseurs digéraient encore toute la signification de cet événement, l'administration du président américain Donald Trump a surpris le marché en qualifiant la Chine de "manipulateur de monnaie". Cette désignation est pour le moins absurde, car la Chine ne remplit pas les critères du gouvernement américain pour être un manipulateur de monnaie. En fait, la décision de la Banque populaire de Chine de laisser le renminbi tomber en dessous de 7 yen par dollar par dollar n’a que très peu à voir avec le commerce ou la guerre monétaire. Celles-ci constituaient au contraire un pas important dans la réforme du régime inflexible de la Chine en matière de t...
Pas de manipulation du yuan selon le Trésor américain
Amériques, ECONOMIE

Pas de manipulation du yuan selon le Trésor américain

Dans un rapport biannuel du Trésor sur les devises, Washington indique qu'"aucun grand pays partenaire" n'a manipulé sa monnaie en 2018 et que les interventions directes de la Banque Populaire de Chine ont été "limitées". Cette constatation va l’encontre des accusations du président américain Donald Trump, qui a assuré à de nombreuses reprises que le gouvernement chinois sous-évalue le yuan pour doper ses exportations Le Trésor s’est dit «inquiet du manque de transparence» de la Chine et de «la récente faiblesse de sa monnaie», le yuan ou renminbi, sans établir qu'il y avait une intervention de Beijing sur sa monnaie. Le ministère américain a cependant placé six pays sous surveillance: la Chine, l'Allemagne, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et la Suisse. La Chine a été épinglée p...
La Chine cherche une « solution constructive »
Amériques, MONDE

La Chine cherche une « solution constructive »

Le gouverneur de la Banque Populaire de Chine (PBOC) Yi Gang, a assuré que le gouvernement cherche une "solution constructive" pour éviter une guerre commerciale avec les Etats-Unis, qui serait dommageable à l'économie mondiale. "Une solution constructive est meilleure qu'une guerre commerciale qui est (une option) perdante pour tous", a déclaré Yi Gang lors d'un séminaire bancaire international à Bali en Indonésie. Ce séminaire réunit une dizaine de banquiers centraux, cette année à Bali en parallèle à une réunion annuelle du FMI et de la Banque mondiale. https://www.chine-magazine.com/le-fmi-abaisse-le-taux-de-croissance-de-la-chine/ Ce dernier a expliqué que "le monde entier devrait chercher une solution aux tensions commerciales" qui ne sont pas seulement dangereuses pour la C...
La fuite des capitaux, hantise du gouvernement
ECONOMIE

La fuite des capitaux, hantise du gouvernement

Bien décidé à lutter contre la fuite des capitaux qui pèse sur le yuan et la croissance du pays, le gouvernement a engagé une série de mesure, ayant entraîné une baisse des investissements directs à l'étranger et obligé la Banque Populaire de Chine a relevé les taux du renminbi. Baisse spectaculaire des IDE chinois Les investissements chinois directs à l'étranger (IDE chinois) ont atteint 92,42 milliards de yuans (12,5 milliards d'euros), soit un recul de 52,8% sur un an, a annoncé jeudi le ministère du Commerce. Cette diminution s'explique par la volonté de Beijing d'endiguer la fuite des capitaux hors du pays, d'éviter les investissements à risque de ces entreprises et de lutter contre la finance de l'ombre qui alloue des crédits risqués. D'après les calculs de l'agence de pr...
La fin du dollar entre Pékin et Tokyo
ECONOMIE, MONDE

La fin du dollar entre Pékin et Tokyo

La Chine et le Japon ont décidé de traiter leurs échanges commerciaux sans le dollar américain, a indiqué le ministre japonais des Finances, ce mardi 29 mai. Cette décision contraste avec les récentes déclarations conflictuelles concernant les îles Diuaoyu/Sensaku. Les deux puissances économiques mondiales (Chine : 1ère, Japon : 3ème) veulent ainsi dynamiser leurs commerces et investissements bilatéraux. D'où la nécessité pour eux d’échanger des Yuans contre des Yens, et vice versa. Cette opération sera désormais possible grâce à un calcul de taux de change qui se fera sans passer par la monnaie américaine. Beijing tient à réduire les risques de fluctuation du dollar, qui a vu sa courbe faire des dents de scie depuis quelques mois. Cette instabilité monétaire pèse sur l'économie chinoise q...
La Chine sauve sa peau
ECONOMIE, MONDE

La Chine sauve sa peau

Contraint – voir même forcé – de réévaluer sa monnaie, le Japon aura connu une accalmie de courte durée ces derniers mois. En effet, un yen fort pénalise les entreprises japonaises principalement tournées vers l’exportation et ralentit fortement l'activité du pays. D'ailleurs, la hausse du yen a poussé des centaines d'entreprises à délocaliser leur production à l'étranger, entraînant une baisse des prix des produits, pouvant amplifier la déflation dont souffre le Japon actuellement. De son côté, la Chine est pressée par l'Union Européenne et le Congrès américain de réévaluer sa monnaie, le yuan, afin de permettre la relance de toute l’économie occidentale. Mais Beijing craint qu'une telle réévaluation n'impacte son économie à moyen et long terme. D'autant que celle-ci commence à s’essouffl...