Les cas incidents diagnostiqués de cancers de la tête et du cou (HNC) dans la Chine urbaine devraient augmenter à un taux de croissance annuel (AGR) de 4,07 % entre 2020 et 2030, selon GlobalData, une société de données et d’analyse de premier plan.

Les cas incidents diagnostiqués de HNC sur les huit principaux marchés (8MM: États-Unis, France, Allemagne, Italie, Espagne, Royaume-Uni, Japon et Chine urbaine) combinés devraient passer de 0,28 million de cas en 2020 à 0,34 million en 2030, à un taux de croissance annuel (AGR) de 2,11. Sur les 8MM, la Chine sera suivie par les États-Unis (1,45 %) et le Royaume-Uni (1,17 %).

Lire aussi : La longue lutte contre le cancer en Chine

Le dernier rapport de GlobalData, «Head and Neck Squamous Cell Carcinome : Epidemiology Forecast to 2030», a noté que les principaux facteurs de la hausse des cas incidents diagnostiqués de HNC en Chine urbaine sont la tendance à la hausse du tabagisme, de la consommation d’alcool et de l’infection au VPH, soit individuellement, soit en association, chez les hommes et les femmes au cours des dernières décennies avant le diagnostic de HNC.

Suneedh Manthri, chef de projet associé en épidémiologie chez GlobalData, a expliqué que «les HNC commencent généralement dans les cellules squameuses qui tapissent les surfaces muqueuses humides des tissus et des organes de la tête et du cou. On estime que plus de 80% de tous les cancers de la cavité buccale et du pharynx sont des carcinomes épidermoïdes».

«Actuellement, les causes des HNC ne sont pas entièrement comprises. Des données récentes suggèrent que l’incidence du cancer de l’oropharynx a augmenté et qu’elle est associée à l’exposition au VPH. Le tabagisme est un facteur de risque bien établi pour le HNC, et l’impact du tabagisme sur le HNC peut varier selon la zone géographique», selon l’analyste de GlobalData.