Ce 1er juillet a été le théâtre de manifestation pro-démocratique à l’occasion de l’anniversaire de la rétrocession par le Royaume-Uni de Hong Kong à la Chine en 1997. Cette année de nombreux manifestants ont fait part de leur inquiétude vis-à-vis du durcissement de Beijing dans l’île.

A 19h00 (heure locale), Jimmy Sham Tsz-kit, membre du Front civil des droits de l’Homme a annoncé la présence de 110’000 manifestants. Ce dernier les a remercié d’avoir assister à l’événement, malgré la chaleur, a indiqué le South China Morning Post, il a également appelé les hongkongais a garder un œil sur Lam Wing-kee, libraire de 61 ans détenu en Chine, afin « d’assurer sa sécurité ».

Confession sur CNTV de Gui Minhai, l'un des libraires disparus

Confession sur CNTV de Gui Minhai, l’un des libraires disparus

L’affaire des libraires disparus à fait monter la tension d’un cran, notamment après les manifestations du Nouvel an pour le respect de l’identité et de la culture hongkongaise. Récemment, les déclaration de Lam Wing-kee, 61 ans, qui a disparu avec 4 autres employés d’une maison d’édition hongkongaise spécialisée dans la critique du pouvoir en Chine.

Ce dernier a révélé les raisons et les conditions de son arrestation en Chine, provoquant l’angoisse des hongkongais, craignant d’un durcissement de la part de Beijing.  Interrogé par l’Agence France Presse, Edward Leung, chef des Indigènes de Hong Kong, groupe indépendantiste né en 2015, « le cas de Lam est un message très clair adressé au monde : la Chine a déjà détruit le principe ‘un pays, deux systèmes' ».

De son côté, la police a annoncé la présence 19’650 personnes dans les rues de Hong Kong, où les manifestants ont pu écouter changer Denise Ho Wan-sze et Anthony Wong Yiu-ming, venus recueillir des dons pour le groupe LGBT « BigLove Alliance ».

Denise Ho, également symbole de la lutte pro-démocratique après avoir été interdite de concert par Lancôme. Cette dernière a expliqué à la foule présente que « notre groupe représente les identités LGBT », ajoutant être « solidaires avec les hongkongais dans la lutte contre la puissance dominante ».

D’ailleurs, pour la 1ère fois, des groupes indépendantistes ont annoncé qu’ils manifesteraient de leur côté, dans la soirée, contrairement à la tradition d’une manifestation pacifiste dans la journée.

Interrogé par le SCMP, Ambrose Lau, avocat de 65 ans a expliqué qu’il participait à cette marche de protestation chaque année, en compagnie de sa famille, pour dénoncer un environnement politique dans l’île qui s’est détérioré au cours des 19 dernières années. Ce dernier a indiqué qu’il espérait que le gouvernement allait protéger l’autonomie d’Hong Kong.

Les manifestants ont de nouveau demandé la démission du chef du gouvernement hongkongais, Leung Chun-ying, accusé d’être la marionnette de Beijing. D’ailleurs, ce dernier a récemment laissé entendre qu’il pourrait briguer un second mandat en 2017.