dimanche, mars 24

Indépendance et autodétermination voulues à Hong Kong

A ne pas confondre avec le Mouvement autonomiste d’Hong Kong ou encore le Mouvement pour l’indépendance d’Hong Kong, le Parti National d’Hong Kong créé le 28 mars 2016 a pour slogan « A Self-reliant Nation. An Independent Hong Kong » (Une nation autonome. Un Hong Kong indépendant).

Officiellement, ce parti ne verra pas le jour. Le Bureau des affaires de Hong Kong et de Macao du Conseil des Affaires d’Etat s’est dit « résolument opposé » à une telle organisation. D’autant plus que le Parti a récemment lancé un appel à l’indépendance, après les différents qu’il y a eu à Hong Kong, dont les échauffourées entre la police et les localistes, qui défendaient les vendeurs de nourriture ambulante, symbole selon eux de la culture hongkongaise.

Des déçus des manifestations pro-démocratiques

Découlant du mouvement localiste, qui a prit de l’ampleur suite à la division politique après la Révolution des parapluies de 2014, ce nouveau parti vise à défendre construire une République d’Hong Kong libre et indépendante ; défendre les intérêts des hongkongais et maintenir les intérêts fondamentaux de l’île ; consolider la conscience nationale de la nation d’Hong Kong afin Umbrella_Revolution_icon_3.svgde définir la citoyenneté hongkongaise ; soutenir et participer à toutes les actions efficaces de résistance, abolir la loi fondamentale considérée illégitime et laisser les hongkongais rédiger leur propre Constitution ; construire des puissances influentes soutenant l’indépendance de Hong Kong ; et établir des groupes de pression, dirigés par des hongkongais, dans différents domaines tels que l’économie, la culture et l’éducation, afin de fonder le pouvoir de l’indépendance (Déclaration constitutive de HKNP).

Ce groupe est constitué de certains déçus du mouvement Occupy Central, considéré responsable de l’échec des négociations, alors que des concessions étaient possibles face au rapport de force instauré dans la rue. Certains ont d’ailleurs dénoncé la manipulation politique des anciens dirigeants du groupe étudiant Scholarism, un des principaux organisateurs des manifestations, qui ont créé un nouveau parti, pour les prochaines élections de septembre.

Dans un tel contexte de méfiance et de manigance politicienne, l’activiste Chan Ho-Tin a décidé de formé un nouveau parti pour l’indépendance de l’île. A l’occasion d’une conférence de presse de présentation, il a expliqué que le Parti National d’Hong Kong appelle ouvertement à la création d’une « République nationale de Hong Kong » et à « l’autodétermination par le peuple de Hong Kong ».  

Ancien leader de la Révolution des parapluies, il a évoqué les propositions de son parti, dont la principale est l’indépendance de Hong Kong qui « est le seul moyen pour les gens de Hong Kong de se détacher de l’oppression de la Chine ».

« Non » catégorique de la part des autorités

Chan Ho-Tin parti national hk
Chan Ho-Tin, fondateur du parti national d’Hong Kong

Cependant, le refus du Bureau des affaires a été confirmé par le gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong qui a assuré que ne pas faire inscrire cette organisation est « correct », ajoutant « nous sommes résolument opposés à toute déclaration ou acte préconisant l’indépendance de Hong Kong ».

Zhang Xiaoming, directeur du bureau de liaison du gouvernement central à Hong Kong, a expliqué lors d’un point presse que ce parti était anticonstitutionnel et qu’il n’était pas question « de liberté d’expression ».

« Certaines personnes à Hong Kong ont déclaré avoir mis en place un groupe politique visant l’indépendance de Hong Kong. En réponse, je dois être clair à ce sujet. Cette déclaration a largement dépassé la liberté de parole, et a touché la ligne de fond du principe un pays, deux systèmes. Nous ne pourrons jamais tolérer cette déclaration, même avec l’impossibilité de sa matérialisation », a indiqué ce dernier.

Malgré tout, Chan Ho-Tin a publié un argumentaire sur sa page Facebook, expliquant que la « Loi fondamentale n’a pas encore été reconnu » par le peuple de Hong Kong, et n’a aucune incidence sur Hong Kong ». La prochaine étape pour le Parti Nation d’Hong Kong est « d’attirer le plus de partisans, dans l’espoir de prouver » que ce parti n’est pas « qu’un mouvement marginal ».

Pour ce dernier, « tant que la jeunesse de Hong Kong restent méfiante vis-à-vis de l’influence croissante de Beijing« , alors cela pourra faciliter les adhésions et la crédibilité de ce nouveau parti à quelques mois des prochaines élections.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *