Du 16 au 20 janvier, alors que le président Xi Jinping a ravi son auditoire à Davos en vantant les mérites de la mondialisation, la vraie star du Forum économique mondiale aura été Jack Ma, fondateur du géant du e-commerce Alibaba.

Entre ses liens avec le président Donald Trump, son désir d’investir à Hollywood et l’accord signé avec le Comité international olympique, Jack Ma était omniprésent au Forum et est devenu un porte-parole de poids pour Beijing.

Préserver le business entre la Chine et les Etats-Unis

Jack Ma

Sa rencontre avec Donald Trump aura quelque peu apaisé les tensions entre les deux pays, Jack Ma lui ayant assuré qu’Alibaba pouvait aider à créer 1 million d’emplois aux Etats-Unis.

De cette rencontre, Jak Ma dira d’ailleurs que l’actuel président des Etats-Unis est « très ouvert« ,  lors de l’une des séances de questions-réponses auxquelles il a participé durant le forum.

« Je ne parlais pas à une personne ordinaire, je parlais au président-élu de créations d’emplois (…) ça ne pouvait pas être une plaisanterie », a ajouté ce dernier à Davos.  Son objectif est clair : améliorer les relations entre Washington et Beijing, dont une guerre économique ne servirait à aucun.

En effet, Washington a réintégré en décembre 2016, Taobao, plateforme d’Alibaba, sur sa liste noire pour vente de biens contrefaits et viol des droits de la propriété intellectuelle.

Une situation contrariante pour Alibaba, qui assure que la lutte contre la contrefaçon est trés présente « depuis 17 ans, depuis le jour où nous avons commencé ». « Nous avons 2.000 personnes qui se consacrent à ce problème, la plus grande équipe de lutte contre la contrefaçon dans le monde », a-t-il fait valoir.

De plus, ce dernier tient à investir davantage à Hollywood, à l’instar de son concitoyen, Wang Jianlin, fondateur du géant de l’immobilier. Après avoir pris en 2016 une participation dans le studio hollywoodien de Steven Spielberg, le fondateur d’Alibaba a justifié ce souhait : « l’industrie du cinéma apporte du bonheur aux gens. Car aujourd’hui, personne n’est heureux ».

Partenariat Alibaba et le CIO

Jack Ma, président fondateur d’Alibaba et Thomas Bach, président du CIO

Le Comité International Olympique (CIO) et le groupe Alibaba ont annoncé conjointement le 19 janvier avoir conclu un partenariat jusqu’en 2028. Alibaba intgre le programme de parrainage mondial TOP (The Olympic Partners), et devient le partenaire officiel pour les services cloud et de commerce en ligne, ainsi qu’un partenaire fondateur de la chaîne olympique.

Pour Thomas Bach, président du CIO, a indiqué à la presse que « dans cette nouvelle ère numérique, Alibaba occupe une position unique pour aider le CIO à atteindre divers objectifs clés établis dans son Agenda olympique 2020 tout en façonnant positivement l’avenir du Mouvement olympique ».

De son côté, Jack Ma a souligné que « le partenariat entre Alibaba et le CIO repose sur des valeurs partagées et une vision commune de connecter le monde et d’enrichir la vie des gens ». D’ailleurs, « le groupe Alibaba est fier de donner les moyens au Comité International Olympique d’opérer une mutation numérique dans le cadre des Jeux en pleine évolution, tout en se  rapprochant un peu plus de son objectif de servir deux milliards de consommateurs », a indiqué Daniel Zhang, directeur général du groupe.

Guider la jeunesse internationale

Il a également intégré le Conseil d’administration de la Global Shapers Community (GSC), initiative du Forum économique mondial, représentant « un réseau de centres créés et dirigés par des jeunes dont le potentiel, les réalisations et la motivation, celle de contribuer à leurs communautés, sont exceptionnels »

Créée en 2011, cette communauté est une fondation à but non lucratif, visant à « renforcer la voix des jeunes au niveau local et mondial« , via des projets traitant de questions telles que l’éducation, le chômage, l’environnement et la durabilité. Chaque année, 50 jeunes participent à la Réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos, afin de porter la parole des 50% de la population mondiale âgée de moins de 30 ans.

Heureux de cette nomination, Jack Ma s’est dit « impatient de travailler avec Global Shapers Community pour façonner un monde meilleur. Personnellement, je chéris cette occasion de servir des jeunes du monde entier qui croient que nous devons travailler ensemble dans diverses équipes pour faire du monde un meilleur endroit, une communauté à la fois« .

De son côté, Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du forum, et président du conseil d’administration de la GSC, a indiqué que « Jack Ma est devenu une idole de la jeune génération non seulement en tant qu’entrepreneur, mais aussi comme un modèle pour l’exercice de la bonne gouvernance et la responsabilité sociale. Pour ces raisons, la Global Shapers Community, affiliée au World Economic Forum, accueille avec enthousiasme Jack Ma en tant que membre du conseil d’administration. Cela fournira un soutien énorme » aux 6 200 membres répartis dans plus de 430 villes dans 171 pays et territoires du monde entier.