Le Musée Guimet à Paris ouvre ce mercredi 19 octobre son exposition sur le Jade, « des empereurs à l’art déco« . Jusqu’au 16 janvier 2017, les visiteurs pourront s’émerveiller devant les 330 pièces réunies pour la 1ère fois en France.

Les pièces ont été prêtées par 15 institutions nationales et internationales dont le Musée national du Palais de Taipei, prêteur pour environ un tiers des œuvres exposées, a expliqué le dossier de presse du MNAAG (Muée Nationale des Arts Asiatiques – Guimet).

Coupe en forme de feuille de lotus et à décor de tortues. Dynastie Song du Sud (1127-1279)

Coupe en forme de feuille de lotus et à décor de tortues. Dynastie Song du Sud (1127-1279)

Il s’agit là pour le MNAAG d’une occasion unique de présenter « cette belle pierre, image de la bonté pour Confucius, et de dérouler l’histoire millénaire qui, depuis le néolithique jusqu’aux années 1920, ne cesse de questionner sa beauté, sa vertu, son symbole et son prestige ».

Des empereurs de Chine jusqu’à Cartier et les plus grands joailliers de Londres et de New York, qui ont travaillé le jade au 20ème siècle à travers des créations Arts déco, « le jade demeure cette pierre éternelle et mythique, objet de fascination et de pouvoir absolu pour le souverain ».

L’exposition souhaite restituer le jade depuis son origine, tout en abordant « ses dimensions symbolique, esthétique et scientifique ».  

Pour Sophie Makariou, présidente du MNAA–Guimet, a expliqué que « comme Confucius, tout un chacun est frappé par le toucher suave du jade, son épiderme doux, presque chaud, pour ainsi dire si éloigné du froid que nous attachons aux pierres, et notamment aux pierres précieuses ».

jade-exposition-guimetPour vivre une telle expérience, l’exposition permet aux visiteurs d’éprouver ses sensations grâce à « des blocs destinés à être touchés », en début de parcours, d’autant plus que « le jade est une pierre d’une rayonnante modestie ».

De son côté, Lin Jeng-yi, directeur du Musée national du Palais de Taipei, principal prêteur de l’exposition, a souhaité « rendre hommage à l’amitié qui unit nos deux musées depuis de si nombreuses années : qu’elle continue à offrir le terreau favorable à une collaboration toujours plus étroite et plurielle ».

« Nous sommes persuadés que cet éventail d’objets représentatifs des rituels anciens, des goûts artistiques, des usages quotidiens et d’autres aspects culturels encore contribuera à l’éclat exceptionnel que revêt cette exposition », a indiqué ce dernier.

MNAAG. 6, place d’Iéna, 75116 Paris. Du 19 octobre 2016 au 16 janvier 2017.   www.guimet.fr