jeudi, mai 23

Étiquette : Chine impériale

Des vestiges de la Chine impériales restitués à la Chine par l’Australie
Chine impériale, CULTURE, Océanie

Des vestiges de la Chine impériales restitués à la Chine par l’Australie

L'Australie a restitué deux précieuses reliques culturelles et un fossile à la Chine, et lui a également fait don d'un artefact et d'une œuvre d'art lors d'une cérémonie de remise à l'ambassade de Chine à Canberra, le 25 octobre. Les objets restitués sont une figure en céramique représentant une personne montant un cheval, une statue bouddhiste en bronze doré qui remonte à la dynastie des Tang (618-907) ou aux dynasties du Nord (386-581), ainsi qu’un fossile de dinosaure datant du Jurassique supérieur ou début du Crétacé. La Galerie nationale d'Australie a fait don au gouvernement chinois d'une épingle à cheveux de la dynastie des Qing (1644-1911) et d'un xizun, un récipient de cérémonie en bronze en forme de bœuf. Des experts chinois ont déclaré que le récipient pourrait dater de...
Mateo Ricci,  « apôtre de la Chine »
Chine impériale, CULTURE, Histoire

Mateo Ricci, « apôtre de la Chine »

Matteo Ricci ( 利玛窦 : Lì Mǎdòu) est né le 6 octobre 1552 à Macerata. Prêtre jésuite italien et missionnaire en Chine, Mateo Ricci inaugure le processus d'inculturation du christianisme en Chine. Il décède le 11 mai 1610 à Pékin. «Premier Européen à assimiler la culture chinoise», «Apôtre de la Chine», «précurseur de l’échange des savoirs entre la Chine et l’Europe», «Chinois avec les Chinois», «premier sinologue», «passeur, médiateur culturel», «lettré ou sage d’Occident» voici quelques-unes des expressions trouvées le plus souvent pour le qualifier dans les nombreuses études dont il fait l’objet, selon Clotilde Jacquelard. Arrivé à Macao en août 1582 pour y fonder une mission demandée par les pères jésuites Roger et Pasio, il apprend alors diverses langues chinoises, ainsi que la lan...
Lin Zexu, guerrier anti-opium
Chine impériale, CULTURE, Histoire

Lin Zexu, guerrier anti-opium

Lin Zhexu 林 则 徐 (30 août 1785 - 22 Novembre 1850), est né à Fuzhou dans la province de Fujian. Militaire, érudit et fonctionnaire durant la dynastie Qing (1644-1912). Il est surtout connu pour sa position contre le commerce de l'opium à Canton, devenant malgré lui le symbole de la lutte anti-opium. En 1811, il est nommé à la prestigieuse Académie Hanlin, et devient 26 ans plus tard, Gouverneur général du Hunan et du Hubei, où il a lance une vaste campagne de suppression de l'opium. Bureaucrate efficace, il est reconnu par la cour impériale pour ses compétences et sa haute moralité. Lin Zexu est envoyé dans le Guangdong comme commissaire impérial par l'empereur Daoguang à la fin de 1838 pour mettre fin à l'importation illégale d'opium au nom de la Grande-Bretagne. Lin Zexu s'adresse ...
La broderie chinoise, un art de plus en plus populaire
Arts, CULTURE

La broderie chinoise, un art de plus en plus populaire

La broderie chinoise est un art artisanal traditionnel de Chine datant d'a peu près la fin du IIème millénaire avant notre ère. Les plus anciens exemples subsistant datent du IIIème siècle avant notre ère, il s'agit d'une broderie exécutée au point de chaînette en soie de diverses couleurs. La broderie chinoise est pratiquée dans tout le pays, et porte des caractéristiques distincts selon les provinces et régions de Chine. Les quatre principaux styles régionaux de broderie chinoise sont la broderie de Suzhou (Su Xiu), la broderie du Hunan (Xiang Xiu), la broderie du Guangdong (Yue Xiu) et la broderie du Sichuan (Shu Xiu). Tous sont désignés comme patrimoine culturel immatériel chinois. Au cours de son histoire et aujourd'hui encore, la broderie se perfectionne sur le plan technique e...
Pagode, monument bouddhique
Arts, Chine impériale, CULTURE

Pagode, monument bouddhique

La pagode chinoise est un lieu de fête, de commémorations, ainsi qu'un site religieux. La pagode proprement chinoise vient du pavillon à étage de l'époque de la dynastie Han. Le mot pagode désigne un lieu où se trouve une relique et un lieu de culte pour les adeptes du bouddhisme. Cette structure architecturale a l'aspect d'une tour de plusieurs étages, circulaire, octogonale ou carrée, caractérisée par un toit évasé ou en épi. La pagode, au centre des grands temples bouddhiques, présentait des avantages. Elle était utilisée comme tour d'observation, afin de surveiller les mouvements des ennemis. Sa grande taille, en navigation maritime et fluviale, permettait à la poagode d'être un point de repère, étant donné que les embarcadères ou les ponts en étaient proches. Composées de plu...
Quatre commanderies de la dynastie Han
Chine impériale, CULTURE, Histoire

Quatre commanderies de la dynastie Han

Les quatre commanderies étaient des commanderies chinoises établies par l'empereur WuDi de la dynastie Han en 108-107 avant notre ère dans le Nord de la péninsule coréenne et sur la péninsule du Liaodong, après la conquête du Gojoseon de Wiman. La commanderie principale était celle de Lelang (Nangnang), l'actuelle Pyongyang. Elle a été une véritable ville chinoise avec ses marchands et ses colons durant 400 ans jusqu'en 313 et son intégration au royaume de Koguryo. Les commanderies ont créé un lien entre les populations de la région et le pouvoir impérial, ainsi que la culture Han. Ces populations ont été intégrées au réseau de relations culturelles et commerciales qui s'étaient étendues jusqu'aux confins de la route de soie. Si la raison initiale a été stratégique afin de protége...
Sun Yaoting, le dernier eunuque de la cite interdite
Chine impériale, CULTURE, Histoire

Sun Yaoting, le dernier eunuque de la cite interdite

« Je suis né dans le comté de Jinghai, près de Tanjin, le onzième mois de la vingtième année du règne de l’empereur Guangxu (novembre 1902). Castré à l’âge de 8 ans, je suis arrivé à Pékin à 15 ans, rêvant de richesses et d’honneurs. »   Né dans une famille pauvre de la région de Tianjin, Sun Yaoting a servi le dernier empereur de Chine Puyi et sa cour. Il a été émasculé à l’âge de 8 ans, puis envoyé sept années plus tard dans l’enceinte du Palais Impérial pour assister les dernières princesses de la dynastie Qing et les concubines de l’empereur. Sun Yaoting a été inspiré par un eunuque plus âgé qui vivait dans son village et qui était très riche. Il décide donc par lui-même de devenir eunuque.  Ce dernier arrive au moment de la chute de l’empire Qing. Cependant, l'empereur conserve ...
Les eunuques, maîtres et serviteurs
Chine impériale, CULTURE, Histoire

Les eunuques, maîtres et serviteurs

Les eunuques étaient des serviteurs au sein du Palais impérial, auprès de l’empereur ou de l’impératrice, ils ont gagné en influence au cours des années. Puissants, ils pouvaient faire tomber des empereurs, voir même des dynasties. Les eunuques sont des hommes dont les organes génitaux sont tranchés. Les eunuques le sont devenus car pour les fonctionnaires de haut rang : puisqu'ils ne pouvaient procréer, ils ne seraient pas tentés de prendre le pouvoir pour fonder une dynastie. D'après Matignon J.-J*, la première mention des eunuques a été faite en 1 100 ans avant Jésus-Christ, sous la dynastie Zhou. L'empereur Chou-Koung édicta un code dans lequel il fit figurer la castration au nombre des cinq modes graves de punition : stigmates sur le front ; section du nez ; amputation des oreil...
Wu Zetian, une femme de pouvoir
Chine impériale, CULTURE, Histoire

Wu Zetian, une femme de pouvoir

Durant la dynastie Tang, une femme d'humble extraction parvient à devenir impératrice de l’empire chinois. Wu Zetian arrive au sommet par le charme, la ruse et le crime, elle règnera durant un demi-siècle (655 à 705) d’une main de fer au sein de la cour impériale de Chang’an (actuelle Xi’an). D'abord dans l'ombre de son mari l’empereur Gaozong, puis de son fils, l’empereur ZhongZong, et enfin en son nom propre. Elle n’est pas impératrice douairière, ni régente, ni seconde impératrice, mais bien impératrice régnante au même statut que l’empereur lui-même. Lorsque Gaozong succède à Taizong en 649, il tente de prolonger les réformes de son père, et fait venir sa cour impériale à Luoyang (capitale orientale des Tang), parvenant ainsi  à renforcer son autorité dans la plaine Centrale de l...
Organiser un voyage pour découvrir la Chine impériale
CULTURE, Histoire

Organiser un voyage pour découvrir la Chine impériale

Si la Chine et son histoire vous passionnent et que vous avez envie de partir à la découverte des trésors laissés par la longue dynastie impériale de Chine, vous êtes au bon endroit ! Dans cet article, nous nous proposons de vous aider à organiser votre voyage en Chine, aussi bien pour le départ depuis la France, avec les vols et les parkings à l’aéroport que pour votre itinéraire une fois en Chine. Point de départ à Pékin, la ville des Empereurs Pour découvrir la Chine impériale, le point de départ idéal de votre voyage sera forcément Pékin, la capitale chinoise. Tout d’abord, parce qu’il s’agit d’une ville accessible facilement en avion depuis la France, mais aussi et surtout parce que Pékin fut la capitale de la Chine impériale pendant des siècles. Comment se rendre à Pékin depuis...
Le plus ancien palais de Chine découvert dans le Henan
Chine impériale, CULTURE, Histoire

Le plus ancien palais de Chine découvert dans le Henan

Découverte du plus ancien complexe palatial de Chine dans le Henan, dont le site de Shuanghuaishu à Gongyi. D'une superficie de 1,17 million de mètres carrés, le site de Shuanghuaishu est situé sur la rive sud du fleuve Jaune dans le canton de Heluo de la ville de Gongyi. C'était la capitale d'un ancien « royaume Heluo » datant d'environ 5 300 ans, témoignant de l'origine de la civilisation chinoise. Des archéologues chinois ont récemment découvert ce qui semble être le plus ancien palais de Chine dans la province du Henan (centre de la Chine). Ils ont estimé l'histoire de la construction de palais en Chine d'environ 1 000 ans. Selon Wang Wei, président de la Société chinoise d'archéologie, "l'ancien complexe palatial, qui se trouve sur le site de Shuanghuaishu, pourrait fournir u...
Chine impériale, CULTURE, Histoire

Les Cinq Empereurs de la Chine ancienne

Les cinq Empereurs sont rois légendaires de la Chine ancienne, ayant régné avant la première dynastie de Chine, Xia. Certains d’entre eux, comme Huangdi, sont devenus des dieux taoïstes à partir de la dynastie Han. Les 5 empereurs représenteraient les dirigeants idéaux pour le peuple en Chine. Qin Shi Huangdi Huángdì (-2698/-2597), l'Empereur Jaune est le plus connu, car il aurait, entre autres, mis en place l'administration chinoise, développé l'écriture, inventé l'acupuncture. La Chine le considère comme le fondateur de la civilisation chinoise. Chef du Ciel et maître du Tonnerre, il avait une résidence au sommet du Kunlun, une montagne située au centre du monde où quatre fleuves prennent leur source. On lui attribue parfois quatre têtes, avec lesquelles ...
L’empereur Yandi, ancêtre de l’ethnie Han
Chine impériale, CULTURE

L’empereur Yandi, ancêtre de l’ethnie Han

Né dans la ville de Suizhou, il y a plus de 5'000 ans, Yandi est considéré comme l'un des initiateurs des plantations céréalières et des plants médicinaux datant de la Chine antique. Honoré dans la province du Hubei (image de Une), Yandi signifie littéralement "empereur enflammé". Chaque année, le culte de l'ancien empereur Yan (ou Yandi), un sage légendaire qui a régné à l'aube de la civilisation chinoise, a lieu à Gaoping, ville de la province chinoise du Shanxi. La célébration d'ouverture des festivités en son honneur se tient sur le mont Yangtou, endroit considéré comme le cœur du royaume de Yandi. Durant plusieurs jours, voire semaines, diverses activités seront organisées, y compris des expositions et des lectures en ligne. Yandi possède de nombreux statuts et noms, dont...
La revue de presse chinoise du 28 juin 2020
Revue de presse

La revue de presse chinoise du 28 juin 2020

Bonjour, retrouvez l’essentiel de l'actualité chinoise du dimanche 28 juin 2020 : Shanghai lance un service de conduite autonome, pluies meurtrières, ... CULTURE - Sotheby’s Hong Kong a dévoilé le 26 juin au public des objets qui seront mis aux enchères lors de leur prochaine session, dont un vase datant de l’époque de l’empereur Qianlong, de la dynastie des Qing. Les reliques de cette époque de la Chine impériale nécessitaient les processus de fabrication les plus compliqués, selon la maison de vente aux enchères. La valeur du vase a été estimée entre 70 et 90 millions de dollars hongkongais (entre8 et 10,35 millions d’euros). ÉCONOMIE - La reprise de l'industrie du logiciel s'est accélérée en Chine, avec une croissance positive des revenus, selon le ministère de l'Industr...
Découverte de plus de 600 tombes anciennes
CULTURE, Histoire

Découverte de plus de 600 tombes anciennes

Des archéologues ont découvert plus de 600 tombes anciennes sur les rives du fleuve Jaune et exhumé plus de 2 000 objets funéraires. Près de la moitié des sépultures dateraient d'une époque située entre la période des Royaumes combattants (475 avant JC-221 avant JC) et la dynastie Han (202 avant JC-220). Les autres vestiges dateraient de plusieurs dynasties suivantes, notamment les Tang (618-907), les Song (960-1276), les Ming (1368-1644) et les Qing (1644-1911), a indiqué Zheng Lichao, directeur de l'institut des reliques culturelles et d'archéologie de Sanmenxia. D'après ce dernier, les archéologues ont découvert l'ensemble de tombes dans un village de la ville de Sanmenxia, dans la province du Henan, alors qu'ils examinaient le site d'un projet de rénovation d'un bidonville lo...
La revue de presse du 2 juin 2020
Revue de presse

La revue de presse du 2 juin 2020

Bonjour, retrouvez l’essentiel de l’actualité du mardi 2 juin 2020 : découverte plus de 600 tombes anciennes, aide et soutien aux PME, tensions persistantes entre la Chine et les Etats-Unis, ... CULTURE - Des archéologues ont découvert plus de 600 tombes anciennes sur les rives du fleuve Jaune et exhumé plus de 2 000 objets funéraires. Près de la moitié des sépultures remonteraient à une époque située entre la période des Royaumes combattants (475 avant JC-221 avant JC) et la dynastie Han (202 avant JC-220), le reste datant de plusieurs dynasties suivantes, notamment les Tang (618-907), les Song (960-1276), les Ming (1368-1644) et les Qing (1644-1911), a indiqué Zheng Lichao, directeur de l'institut des reliques culturelles et d'archéologie de Sanmenxia. ÉCONOMIE - Le gouvernem...
Zhao Gou, l’empereur abdicateur des Song
Chine impériale, CULTURE, Histoire

Zhao Gou, l’empereur abdicateur des Song

De notre stagiaire Emma Véré - L’empereur Song Gaozong (12 juin 1107 -9 novembre 1187), né Zhao Gou, de la dynastie Song, est l'un des empereurs qui a vécu le plus longtemps au cours de l’histoire de la Chine, même après son abdication. Il a été nommé empereur à 25 ans et a vécu jusqu’à ses 81 ans. Dixième empereur de la dynastie Song, il est le premier empereur des Song du Sud. Après l'invasion du nord de la Chine par les Jürchen, qui capturèrent les empereurs Qinzong et Huizong, Gaozong s'enfuit dans le sud et s'installa à Hangzhou, d'où il continua la lutte contre les Jürchen de la dynastie Jin. Il abdiqua en 1162. Lorsque Zhao Gou a abdiqué, Zhao Shen - son prédécesseur, a tout d’abord refusé, mais Zhao Gou lui a dit être «fatigué et assidu» et qu’il voulait se reposer, signifian...
Dix Mille, voeu d’immortalité
Comprendre la Chine, CULTURE, Histoire

Dix Mille, voeu d’immortalité

L'expression "Dix Mille" sont des termes évoquant l'idée d'Immortalité et d'infini. Très courant dans l'expression wan sui, "dix mille années". Composé de 萬 (万, wàn) « dix mille », pris comme un chiffre incommensurable et 歲 (岁, suì) « ans » dans le sens de l’âge. Ce terme est adressé à l'empereur, ce voeu l'enjoignait à vivre le plus longtemps possible. D'ailleurs, les serviteurs s'adressaient souvent à l'empereur en disant Wan Sui Ye (萬歲爺, littéralement : Seigneur des Dix Mille Ans). Quant à l'empereur, lorsqu'il parlait de lui-même devant ses sujets, il utilisait le mot Zhen (朕), que l'on peut traduire par « Nous » ; c'était là une pratique réservée au seul empereur.
Animaux, CULTURE, Histoire

Le dragon dans la culture chinoise

Les origines des dragons sont incertaines, le mythe chinois est né des cultures primitives, expliquant qu'un dragon est né de la mutation de plusieurs  animaux, tels que le crocodile marin, le serpent et le poisson. Les  dragons chinois sont liés aux empereurs Yan Di et Qin Shi Huangdi. Ce dernier est d'ailleurs devenu l'empereur symbolisant le dragon. Le dragon chinois est le seul à porter des motifs de dragon à cinq griffes, preuve de sa puissance. Présent dans l'histoire de la Chine, le dragon a une signification forte pour les hommes de pouvoir, mais aussi pour le peuple, et au cours de ces dernières décennies, pour les triades (mafia chinoise). Les membres de gangs ont des tatouages de dragon, qui apportent selon eux puissance et respect à la personne tatouée. Mais si cette de...
La monarchie héréditaire chinoise
Chine impériale, CULTURE, Histoire

La monarchie héréditaire chinoise

La monarchie chinoise est composée des souverains et nobles a proprement parlés, la noblesse chinoise a été un élément important de l’organisation sociale et politique traditionnelle de la Chine impériale. Apparition de la noblesse chinoise Les concepts de souverains héréditaires, de titres de noblesse et de familles nobles apparaissent dans une dynastie semi-mythique de l'âge du bronze : la dynastie Shang (1766-1122 J.-C.), au cours de laquelle apparaissent les premiers signes d'une organisation sociale. Possédant une civilisation très avancée, les Shang possèdent des cités-palais, une écriture, une utilisation des chars, des pratiques divinatoires et des vases culturels en bronze. Ainsi, la dynastie Shang est composée d'une famille royale au sommet d'une hiérarchie sociale cl...
L’accord de Chanyuan scelle les liens entre les Song et Liao
Chine impériale

L’accord de Chanyuan scelle les liens entre les Song et Liao

L'accord de Chanyuan, également appelé Traité de Shanyuan est un document important sur les relations entre les Song du Nord (960-1127) et la dynastie Liao (916-1125). La dynastie Liao ( 辽朝 : Liáo Cháo) est également connue sous le nom d'Empire Khitan (契丹国 : Qìdān Guó). Il s'agit d'un empire d'Asie orientale qui a régné sur la Mongolie, une partie de la Russie orientale et du nord de la Chine continentale entre 907 et 1125. Elle a été fondée par le Khagan Khitan Yelü Abaoji à la suite de la chute de la dynastie Tang.La classe dirigeante des Liao est composée de personnes d'origine nomade connus sous le nom de Khitans (Qidan en Chinois). Elle a prit le pouvoir au nord-est du pays, près de la province actuelle de Heilongjiang. La dynastie Song (宋朝 : sòng cháo) a régné en Chine...
Egalité des chances et examens impériaux
Chine impériale

Egalité des chances et examens impériaux

Tout homme qui réussit l’examen impérial peut devenir un fonctionnaire de haut rang, sans tenir compte de ses richesses ni de son statut social. https://www.chine-magazine.com/abolition-du-systeme-des-examens-imperiaux/ Au départ, l'examen impérial visait à permettre à chacun d'accéder à une fonction d'Etat, mais par la suite les études destinées aux examens prennent beaucoup de temps et coûtent cher, notamment parce qu'il faut un professeur privé. Ainsi, la plupart des candidats étaient principalement issu de la classe des propriétaires terriens assez riches. Mais il y a quand même plusieurs individus qui sont passés d’un statut social modeste à la réussite sociale, grâce aux examens. Dans certaines dynasties, les examens mandarinaux ont supprimés. Les postes de fonctionnair...
Abolition du système des examens impériaux
Chine impériale

Abolition du système des examens impériaux

Au cours de la Chine impériale, l'examen impérial (科举 : kējǔ) était un test pour déterminer qui de la population pouvait faire partie de la bureaucratie de l'État. Le système des examens mandarinaux ont été institutionnalisé en 605, mais l’origine de ce système remonte à la dynastie des Han (206 av. J.-C. à 220). Il a été aboli en 1905, peu de temps avant la fin de la dynastie Qing. Année au cours de laquelle, une série de réforme dans l'éducation et la fonction publique ont été mise en place par l'impératrice Cixi. Les examens également appelés "mandarinaux", ils permettaient d’entrer dans la bureaucratie de l’État. Mais ils étaient surtout utilisés pour mettre fin à la transmission du pouvoir aristocratique par une transmission du pouvoir méritocratique. Au début de la dynas...
Le « Mouvement du Hanfu » est en place
CULTURE, Histoire

Le « Mouvement du Hanfu » est en place

Remit au goût du jour, le hanfu fait de plus en plus d'adeptes. Ce vêtement traditionnel de l'ethnie Han a vu ses ventes augmenter. En dépit du manque de chiffres officiels, les personnes portant le hanfu dans la vie quotidienne sont de plus en plus nombreuses. Ils sont visibles dans les rues des grandes villes du pays et ont même créé des clubs dédiés au hanfu. Ces clubs sont très présents dans les universités à travers le pays, a indiqué le China Daily. La mode actuelle résulte du "mouvement du hanfu", qui a commencé il y a 16 ans. Les adeptes de ce mouvement visent à la revalorisation des vêtements traditionnels chinois, en particulier celui porté par l'ethnie Han. Après avoir disparu pendant près de 400 ans, ges adaptations modernes de l'habit ont suscité des critiques et d...
Le Bouddhisme durant la dynastie Sui (581-6181)
Chine impériale, CULTURE, Histoire

Le Bouddhisme durant la dynastie Sui (581-6181)

La dynastie Sui est une dynastie pivot dans l'histoire de la Chine car elle met fin à quatre siècles de division, et impose par ses réformes et ses grands travaux une unité à l'empire. Yang Jian, puissant général semi-barbare des Zhou du Nord, a fondé la dynastie Sui. En devenant empereur, il prend le nom de Wendi des Sui et soumet la Chine du sud. En dépit de sa faible durée, cette dynastie se caractérise par la réunification du Nord et du Sud du pays, ainsi que les imposants travaux de construction du Grand Canal et de l'expansion de la Grande Muraille. Le Bouddhisme se diffuse à cette époque avec le soutien du gouvernement, devenant une religion d’état. Pour la première fois, un empereur apporte son soutien à une religion (ou plutôt Grande Pensée de Chine). Son objectif...
Portrait de Femme : Yang Guifei, célèbre favorite
Comprendre la Chine, Histoire

Portrait de Femme : Yang Guifei, célèbre favorite

A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, Chine-Magazine a tenu à honorer les femmes qui ont fait l'histoire de la Chine. Peinture de Hosoda Eishi intitulée "La beauté chinoise Yang Guifei". Période Edo, vers 1800-1900. La belle Yang Yuhuan est connue généralement sous le surnom de Yang Guifei (杨贵妃 : Yáng Guìfēi), et est l’une des Quatre beautés de la Chine antique, avec Xi Shi, Diao Chan et Wang Zhaojun. Yang Yuhuan a vécu durant la dynastie Tang, en pleine ouverture d'esprit et de libéralisme, permettant aux femmes de vivre dans environnement social calme et de jouir d'une certaine indépendance. En plus de sa beauté, Yang Yuhuan était reconnue pour ses talents de danseuse et de musicienne. Elle a fait l'objet d'innombrables poèmes et pièc...
Portrait de Femme :  Wang Zhaojun du harem de Yuandi
Comprendre la Chine, Histoire

Portrait de Femme : Wang Zhaojun du harem de Yuandi

A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, Chine-Magazine a tenu à honorer les femmes qui ont fait l'histoire de la Chine. Statue du tombeau de Wang Zhaojun Wang Zhaojun, surnommé Qiang, est l’une des Quatre beautés de la Chine antique, avec Xi Shi, Diao Chan et Yang Guifei. Wang Zhaojun (chinois 王昭君 ; Wáng Zhāojūn) est une femme du harem de Yuandi, l'empereur Yuan de la dynastie Han (48-33 av. J.-C.). Elle a été donnée comme femme à Hu Hanye, Chanyu (empereur) des Xiongnu, qui est une ethnie nomade de Chine du nord. En 33 av. J.-C., Hu Hanxie se rend à Chang'an (actuellement Xi'an) pour rendre hommage à l’empereur de Chine. Il profite de cette occasion pour faire part à l'empereur de sa volonté de devenir un gendre de l'empereur. Il s'ag...
Portrait de Femme : Diao Chan, beauté vénéneuse
Comprendre la Chine, Histoire

Portrait de Femme : Diao Chan, beauté vénéneuse

A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, Chine-Magazine a tenu à honorer les femmes qui ont fait l'histoire de la Chine. Diao Chan (貂蝉 : Diāochán) est un personnage fictif de l'Histoire des Trois Royaumes (ou Sanguo Yanyi) de Luo Guanzhong, inspiré d'un personnage réel. Diao Chan est l'une des des Quatre beautés de la Chine Antique, avec Xi Shi, Wang Zhaojun et Yang Guifei. Diao Chan était une danseuse et une musicienne dont le talent n'avait d'égal que sa beauté. Elle est la fille adoptive de Wang Yun, un ministre de la cour de l'Empereur Xiandi (dynastie des Han Orientaux). Certains écrivent que Diao Chan est si belle et lumineuse que la lune elle-même serait embarrassée face à son visage. Le récit de sa beauté se retrouve pour la pre...
Comprendre la Chine, Histoire

Portrait de Femme : Xi Shi, première beauté de Chine

A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, Chine-Magazine a tenu à honorer les femmes qui ont fait l'histoire de la Chine. Xi Shi dans l'album Les plus grandes beautés (wikimedia) (Gathering Gems of Beauty). He Dazi, vers 1738. Musée national du Palais1 Xi Shi (西施, Pinyin: Xī Shī) est la première et la plus belle des Quatre beautés de la Chine Antique, avec Wang Zhaojun, Diao Chan et Yang Guifei. Symbole de la beauté dans la culture traditionnelle, elle aurait vécut à la fin de la Période des Printemps et des Automnes, durant la Période des Royaumes combattants. Le berceau de la légende se situe dans la ville de Zhuji, au centre nord de la province du Zhejiang. Il s'agit de l'ancienne capitale du royaume Yue à l'époque des Printemps et des Aut...
Animaux, POLITIQUE

Panda chinois, un cadeau en voie de disparition

Offert aux officiels étrangers depuis le 7ème siècle, le panda géant est le symbole des intentions pacifiques de la Chine mais également, l’une des espèces les plus menacées de la planète. Cette pratique est donc utilisée afin d’entamer des relations diplomatiques avec un nouveau pays ou afin d'améliorer celles déjà existantes. Déjà utilisée sous la dynastie Tang (618 – 907), cette diplomatie a connu son apogée sous la Chine maoïste. L'expression «diplomatie du panda» a prit naissance en 1949, lors de la proclamation de la République populaire de Chine.  «Trésor national» était en voie de disparition. Raison pour laquelle le panda, même s'il est un cadeau qui ne se refuse pas, sont utilisation a officiellement cessé en 1984 et a été remplacée par des prêts à long terme accordés à des...