mardi, juillet 23

Joe Biden et Xi Jinping ont renoué le dialogue mais des tensions persistent

Le sommet entre la Chine et les Etats-Unis très attendu en Californie le 15 novembre a permis à Xi Jinping et Joe Biden de s’entendre pour reprendre les communications militaires de haut niveau, suspendues depuis plus d’un an.

Le président américain Joe Biden et son homologue chinois Xi Jinping ont rétabli le 15 novembre un dialogue, extrêmement difficile durant une année, mais les dirigeants des deux plus grandes puissances mondiales ont aussi acté des différends qui semblent insurmontables, notamment la question de Taïwan.

Ce sommet a donc permis à Xi Jinping et Joe Biden de s’entendre pour reprendre les communications militaires de haut niveau, suspendues depuis plus d’un an. Ainsi, Xi Jinping a accepté de prendre «un certain nombre de mesures conséquentes pour réduire considérablement les approvisionnements» en fentanyl, d’après un haut responsable américain.

Lire aussi :

Joe Biden, en campagne pour un second mandat, et Xi Jinping, confronté à une situation économique et sociale dégradée en Chine, ont tout intérêt à ce que la rivalité entre leurs pays reste sous contrôle au fil d’une année 2024 très certainement mouvementée, avec des élections présidentielles aux États-Unis et à Taïwan.

Le statut de Taiwan, dont la Chine continentale revendique la souveraineté et à laquelle Washington fournit une conséquente assistance militaire, reste un sujet de friction central. Le 15 novembre, Joe Biden a demandé à Xi Jinping de «respecter le processus électoral» sur l’île, d’après un haut responsable américain. Le président chinois a de son côté exhorté Biden à «cesser d’armer Taïwan» en parlant d’une réunification «inévitable», selon une source de la diplomatie chinoise.

Les Etats-Unis ont également demandé à la Chine, proche partenaire de l’Iran et de la Russie, de ne pas envenimer les grandes crises internationales: le conflit entre Israël et le Hamas ainsi que la guerre en Ukraine.

Xi Jinping et Joe Biden ont échangé durant quatre heures ensemble, entre réunion, déjeuner de travail et même une courte promenade, offrant aux médias du monde une image d’apaisement.

D’ailleurs, les deux hommes ont fait de «vrais progrès» face aux «défis mondiaux», a assuré Joe Biden sur le réseau social X (anciennement Twitter). Ce dernier avait appelé, dans un court propos introductif face à la presse au début de la réunion, à gérer la rivalité de manière «responsable», pour «s’assurer qu’elle ne dégénère pas en conflit».

Xi Jinping a lui mis en garde contre les conséquences «insupportables» d’une confrontation, estimant que la Chine et les États-Unis ne pouvaient pas se «tourner le dos». «La planète est assez grande pour que nos deux pays prospèrent», a-t-il assuré. Cependant, les Etats-Unis et la Chine se livrent une concurrence intense sur les plans économique, technologique, stratégique ou militaire. Il a cependant indiqué à Joe Biden que les sanctions américaines nuisent «aux intérêts légitimes» de la Chine, selon un média d’État.

«Nos rencontres ont toujours été franches, directes et utiles», a assuré Joe Biden, qui avait rencontré Xi Jinping plusieurs fois avant de devenir président, et qui se targue de particulièrement bien le cerner. «Je crois fermement en un avenir prometteur pour la relation bilatérale», a déclaré Xi Jinping, tout en mettant en garde contre toute tentation, pour les États-Unis, de «remodeler» la Chine.

Aucun communiqué conjoint n’est attendu à l’issue de cette rencontre mais Joe Biden a prévu de donner plus de détails lors d’une conférence de presse. Xi Jinping et Joe Biden s’étaient parlé pour la dernière fois il y a un an, en marge du sommet du G20 de Bali.

Depuis, la relation bilatérale s’est tendue, menaçant même de dérailler suite au survol du territoire américain par un ballon chinois en début d’année. Washington avait dénoncé une opération d’espionnage, ce que la Chine avait démenti.

En mars, Xi Jinping avait dénoncé une stratégie américaine d’«encerclement», alors que les États-Unis renforcent leurs alliances en Asie-Pacifique et multiplient les sanctions économiques sur la Chine. Les choses se sont atténuée durant l’été permettant l’organisation du face-à-face californien.

Joe Biden considère toujours Xi Jinping comme un «dictateur»

En sortant de sa rencontre avec le président chinois, Xi Jinping, le président américain Joe Biden, a affirmé le 15 novembre qu’il considérait toujours ce dernier comme un «dictateur», reprenant une expression qui a par le passé suscité l’indignation de Pékin.

«C’est un dictateur dans le sens où voilà un homme qui dirige un pays, un pays communiste, qui repose sur une forme de gouvernement totalement différente de la nôtre», a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Une description que la Chine a jugée «extrêmement erronée», la qualifiant de «manipulation politique», à l’issue du sommet entre les deux dirigeants le jeudi 16 novembre. «Ce type de discours est extrêmement erroné et constitue une manipulation politique irresponsable. La Chine s’y oppose fermement», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Mao Ning.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *