Le gouvernement chinois a annoncé être convenue avec les Etats-Unis au maintien du dialogue, avec des négociations prévues « début octobre ».

Cette annonce intervient après l’entrée en vigueur de nouvelles surtaxes douanières affectant durement les deux économies. Les négociations commerciales bilatérales devaient avoir lieu en septembre à une date non précisée, mais la tension entre les deux pays n’a pas permit d’organiser de rencontre.

Le principal négociateur chinois, Liu He, s’est entretenu ce 5 septembre avec le représentant américain pour le Commerce, Robert Lighthizer, et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, d’après le ministère chinois du Commerce.

Cinq jours après l’entrée en vigueur de nouvelles surtaxes douanières réciproques, les Etats-Unis vont appliquer d’ici mi-décembre des droits de douane punitifs sur la quasi-totalité du commerce chinois. De son côté, le gouvernement chinois a augmenté les droits de douane sur 75 milliards de dollars de biens américains.

Beijing a par ailleurs annoncé cette semaine qu’il avait déposé une plainte à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en réaction aux nouvelles sanctions américaines.

A lire aussi : Beijing attaque les Etats-Unis à l’OMC sur les droits de douane

Récemment, Donald Trump a menacé la Chine d’une guerre commerciale encore plus dure s’il était réélu. Le président américain a prédit une hémorragie d’emplois en Chine. Mais pour des économistes du Peterson Institute for International Economics, cette affirmation n’est pas certaine.

A lire aussi : Donald Trump menace la Chine d’une guerre commerciale plus dure

En effet, l’emploi dans le secteur manufacturier en Chine a chuté l’an dernier « mais à un rythme plus lent qu’en 2014-2017, avant l’imposition des droits de douane », affirment-t-ils dans un rapport. « Les destructions d’emplois directement attribuables à la guerre commerciale semblent être minimes. »

Cependant, les industriels américains commencent à souffrir de la politique de leur président. D’autant que le conflit commercial entre Pékin et Washington, débuté l’an dernier, menace à présent la croissance des deux premières économies mondiales.