Alors que la 8e conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC) va s’ouvrir à Dakar, au Sénégal, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a critiqué la présence de la Chine en Afrique.

Dans une interview au journal Le Monde, publiée le 19 novembre, Jean-Yves Le Drian a dénoncé la politique de la Chine sur le continent africain, où l’ex-puissance coloniale française est aujourd’hui dépassée par Pékin, dans les domaines de l’investissements et de l’import-export.

«La nouveauté en Afrique, c’est qu’il commence à y avoir une déception très claire à l’égard des Chinois. Les responsables africains se sont rendu compte qu’il s’agit d’un marché de dupes», a affirmé le ministre français.

«Certes, ils ont pu bénéficier dans l’immédiat d’infrastructures, parfois spectaculaires, construites par des Chinois avec l’argent des Africains dans le but affiché du développement, mais, à la fin, ils mettent leur pays sous tutelle en raison de l’endettement majeur qu’ils sont obligés de contracter pour financer ces infrastructures

Lire aussiLa France veut plus de transparence dans les prêts accordés par la Chine

En 2019, le ministre français avait des propos similaires contre la Chine. Il avait assuré que la France devait «tenir sa place» en Afrique face à la concurrence de la Chine, et promis des partenariats «gagnant-gagnant» aux pays africains qui font le choix des entreprises françaises.

Lors d’un échange avec des chefs d’entreprise à Douala, capitale économique du Cameroun, il a indiqué que «parfois on a tendance à oublier que la France a des qualités industrielles et entrepreneuriales dans ce domaine (infrastructurel, ndlr) depuis longtemps. Ce n’est pas obligatoirement l’apanage d’entreprises plus lointaines, qui ont une appétence respectable pour l’Afrique», a-t-il ajouté en référence à la compétition chinoise.

Interrogé sur ces propos, le porte-parole du ministère des affaires étrangères de Chine a dit prendre «note des informations sur ce sujet. La Chine est surprise que les commentaires sur ce point du ministre français des Affaires étrangères soient incompatibles avec les faits. C’est le peuple africain qui a le plus son mot à dire sur l’efficacité de la coopération sino-africaine».

Zhao Lijian a indiqué que le journaliste du Monde avait évoqué le rapport de l’institut de sondage africain « Baromètre africain » (Afrobaromètre), qui atteste que « presque deux-tiers (63%) des Africains affirment que l’influence de la Chine est « quelque peu » ou « très » positive, tandis que seuls 15% la considèrent quelque peu/très négative. Les opinions favorables sont les plus communes au Mali (92%), au Niger (84%), et au Libéria (81%). Une majorité (56%) des Africains considèrent également l’aide au développement de la Chine ‘quelque peu’ ou ‘très’ efficace à satisfaire les besoins de leur pays ».

« La Chine est un vieil, véritable et bon ami du peuple africain. La Chine a maintenu sa position de plus grand partenaire commercial de l’Afrique depuis 12 années consécutives », a assuré le porte-parole.

Ce dernier a souligné que « depuis la création du Forum sur la coopération sino-africaine, les entreprises chinoises ont ajouté et amélioré plus de 10 000 kilomètres de voies ferrées et près de 100 000 kilomètres de routes pour l’Afrique, créant plus de 4,5 millions d’emplois ».

« Tout cela a effectivement accéléré le développement de l’Afrique et amélioré le niveau de vie des populations locales, ce qui est évident pour la communauté internationale », selon lui.

Ce dernier a indiqué que « la coopération financière a toujours respecté les souhaits de l’Afrique, s’est basée sur les besoins réels de l’Afrique et a adhéré au concept de développement intensif et durable, qui a été hautement apprécié par les pays africains. Aucune diffamation de la coopération sino-africaine ne prend en Afrique« .

Zhao Lijian a annoncé que la 8e réunion ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine se tiendra au Sénégal, et que « les dirigeants africains concernés et les ministres des Affaires étrangères des pays africains se sont inscrits avec enthousiasme à la réunion, qui est la preuve la plus claire de la reconnaissance de l’Afrique et de son soutien à la coopération sino-africaine ».

« La Chine a toujours été ouverte et accueillante envers toutes les parties de la communauté internationale pour mener à bien la coopération avec l’Afrique, et elle soutient la communauté internationale pour former une force conjointe efficace pour promouvoir le développement de l’Afrique », a assuré Zhao Lijian.

Ce dernier a indiqué que « les pays concernés devraient évaluer objectivement et équitablement la coopération sino-africaine, écouter les voix des amis africains et faire plus de choses bonnes et pratiques pour l’Afrique ».

Image de Une : Jean-Yves Le Drian, et Wang Yi, ministre chinois des affaires étrangères