La Chine est prête pour une reprise économique rapide après le Covid-19, tandis que les États-Unis et le Royaume-Uni sont confrontés à de sombres perspectives économiques, selon GlobalData, société leader de données et d’analyse.

Le Covid-19 a exercé une pression incroyable sur l’économie mondiale, l’activité économique étant presque au point mort pendant les confinements. Aucun pays n’a pu éviter les perturbations, mais certains s’en sont mieux sortis que d’autres.

Une analyse du nouveau tableau de bord de la reprise économique Covid-19 de GlobalData révèle que la Chine se classe au premier rang sur 30 pays. La Chine est en mode de reprise depuis des mois, ce qui lui permet de combler l’écart sur l’économie américaine. Les États-Unis se classent au 14e rang, le Royaume-Uni derrière au 25e rang.

Nicklas Nilsson, analyste thématique principal chez GlobalData, a expliqué qu’a premier semestre 2020, « l’impact de la pandémie a été plus important que prévu. Le secteur extérieur s’est effondré tandis que la demande intérieure s’est contractée en raison des restrictions gouvernementales et du chômage de masse. Une résurgence des infections a anéanti l’espoir d’un rétablissement rapide ».

Selon lui, « alors que plusieurs pays sont aux prises avec l’impact du Covid-19 et d’éventuelles secondes vagues, la reprise économique de la Chine s’accélère avec la reprise rapide des activités commerciales. C’est la seule grande économie qui devrait enregistrer une croissance positive du PIB en 2020 ».

À l’autre extrémité du spectre se trouve le Royaume-Uni. Il a été plus durement touché économiquement par le COVID-19 que la plupart des pays européens et deux fois plus durement que les États-Unis.

Pour Nicklas Nilsson, « la durée du verrouillage est la principale cause de ses performances économiques relativement médiocres ». D’autant que « le Royaume-Uni a maintenu des restrictions strictes plus longtemps que la plupart des pays européens ».

Le Royaume-Uni a également fermé ses portes plus tard que les autres, est plus dépendant du secteur des services plus durement touché, et les Britanniques ont été plus lents à reprendre un comportement de détail normal que les autres Européens.

Pour l’analyste de GlobalData, « les perspectives à court terme ne semblent pas bonnes pour le Royaume-Uni. La menace d’un chômage de masse est importante alors que le programme de congés du gouvernement prend fin en octobre 2020, bien que des millions de personnes en dépendent toujours. Ensuite, il y a le Brexit, où un accord commercial entre le Royaume-Uni et l’UE avant la fin de l’année semble de plus en plus improbable ».