La Chine a exhorté les Etats-Unis à retirer immédiatement les sanctions imposées contre le Corps de production et de construction du Xinjiang et deux responsables concernés.

Ministère des affaires étrangères à Beijing

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a ainsi promit de « résolument riposter » si les Etats-Unis sont déterminés à se comporter de cette manière.

Ce dernier a réagit à la décision des Etats-Unis, et à une récente déclaration du secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo critiquant la politique chinoise au Xinjiang.

« L’acte posé par les Etats-Unis est une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Chine et une grave violation des normes fondamentales régissant les relations internationales. La Chine s’y oppose fermement et le condamne résolument », a déclaré Wang Wenbin, lors d’un point de presse quotidien.

Lire aussi : Washington annonce de nouvelles sanctions contre Pékin

Ce dernier a déclaré que les questions liées au Xinjiang « ne portent jamais sur les droits de l’homme, l’ethnicité ou la religion, mais sur la lutte contre le terrorisme et le séparatisme. Les affaires du Xinjiang sont purement des affaires intérieures de la Chine. Les Etats-Unis n’ont ni le droit ni aucun motif d’ingérence ».

« Le Corps de production et de construction du Xinjiang a contribué énormément dans la promotion du développement, de l’unité ethnique, de la stabilité sociale et de la sécurité des frontières du Xinjiang, vivant en harmonie avec tous les groupes ethniques comme un compagnon amical et de soutien », a indiqué Wang Wenbin.

Pour lui, « l’allégation des Etats-Unis n’est rien d’autre que des rumeurs et des dénigrements ». De ce fait, la Chine est résolue à « défendre sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts en matière de développement, à lutter contre les forces terroristes, séparatistes et extrémistes religieuses violentes, et à s’opposer à toute ingérence étrangère dans les affaires du Xinjiang et dans les autres affaires intérieures de la Chine ».

Image de Une : Urumqi dans la région autonome du Xinjiang