Un porte-parole de la mission chinoise auprès de l’Union européenne (UE) a exhorté l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) à considérer «le développement de la Chine de manière objective et rationnelle et à cesser de vanter la théorie de la menace chinoise ».

Lors d’un point presse, le porte-parole a réagit aux communiqués publiés par l’OTAN, mettant en garde «contre un soi-disant défi systémique posé par la Chine et accusant la Chine d’étendre rapidement son arsenal nucléaire et son opacité dans la modernisation de ses forces».

Lire aussi : L’OTAN va durcir le ton contre la Chine

Les chefs d’État et de gouvernement de l’OTAN ont assisté au Sommet de l’OTAN à Bruxelles, en Belgique, le 14 juin 2021.  A cette occasion, l’OTAN a déclaré que le comportement de la Chine est un « défi systémique », selon le communiqué final. « Les ambitions déclarées de la Chine et son comportement affirmé présentent des défis systémiques pour l’ordre international fondé sur des règles et pour les domaines qui regardent la sécurité de l’alliance », ont écrit les dirigeants dans cette déclaration.

Or pour le porte-parole de la mission chinoise auprès de l’UE a assuré que «l’affirmation de l’OTAN est un dénigrement du développement pacifique de la Chine, une mauvaise appréciation de la situation internationale et de son propre rôle et une continuation de la mentalité de la guerre froide et de la psychologie de la  politique de bloc».

« La Chine poursuit sans relâche une politique de défense nationale de nature défensive et notre modernisation militaire est justifiée, raisonnable et transparente », a-t-il ajouté.

Le porte-parole a déclaré que cette année, les dépenses de défense prévues par la Chine s’élèveront à environ 1,35 billion de yuans (188,1 milliards d’euros), restant à environ 1,3% de son produit intérieur brut (PIB), ce qui est inférieur aux normes de l’OTAN.

Le budget militaire 2021 pour les 30 pays de l’OTAN devrait atteindre 1,17 billion de dollars (1000 milliards d’euros), représentant plus de la moitié des dépenses militaires mondiales et 5,6 fois plus que la Chine, a ajouté le porte-parole.

«Il n’est que trop clair pour le monde dont les bases militaires sont partout dans le monde et dont les porte-avions affichent leur force autour», a expliqué le porte-parole.

Ce dernier a expliqué qu’il existe une différence d’ordre de grandeur entre la quantité d’armes nucléaires de la Chine et celle de l’OTAN, y compris les États-Unis, ajoutant que le nombre d’ogives nucléaires dans les pays membres de l’OTAN est près de 20 fois celui de la Chine.

La Chine s’est engagée à ne pas utiliser d’armes nucléaires à aucun moment ni en aucune circonstance et s’engage inconditionnellement à ne pas utiliser ou menacer d’utiliser des armes nucléaires contre des États non dotés d’armes nucléaires ou des zones exemptes d’armes nucléaires, a réitéré le porte-parole. Ce dernier s’est demandé si l’OTAN et ses membres, qui sont attachés à «la paix, la sécurité et la stabilité», peuvent prendre le même engagement que la Chine.

Le porte-parole a également réaffirmé l’engagement de la Chine en faveur d’un développement pacifique, notant que le pays a parfaitement le droit de défendre sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts de développement.

Le porte-parole a déclaré que la Chine accorderait une attention particulière aux ajustements stratégiques de l’OTAN et à ses ajustements politiques envers la Chine. « Nous ne poserons aucun défi systémique à personne, mais si quelqu’un veut nous défier systématiquement, nous ne resterons pas les bras croisés. »

Le porte-parole a également exhorté l’OTAN à ne pas utiliser les intérêts légitimes et les droits légaux de la Chine comme excuse pour manipuler la « politique des blocs », créer une confrontation artificielle et stimuler la concurrence géopolitique.

« L’OTAN devrait consacrer plus d’énergie à la bonne voie pour promouvoir le dialogue et la coopération et faire plus pour vraiment contribuer au maintien de la sécurité et de la stabilité internationales et régionales », a déclaré le porte-parole.