Le gouvernement chinois a annoncé son intention d’améliorer l’environnement politique pour encourager le développement de l’investissement privé, dans le but de soutenir une économie chinoise confrontée à de multiples vents contraires.

La seconde puissance économique mondiale a affiché une croissance surprenante au troisième trimestre, mais la reprise a été assombrie par l’aggravation de la crise immobilière, de la baisse de de la consommation et des restrictions sanitaires de la stratégie zéro COVID.

La Chine va donc accroitre son soutien politique pour stimuler la vitalité de l’investissement privé, stabiliser les attentes du marché et augmenter les opportunités d’emploi, car « l’investissement privé représente plus de la moitié du total des investissements sociaux« , a indiqué l’avis de la Commission nationale du développement et de la réforme (NDRC).

Les entreprises privées seront incitées à investir dans 102 grands projets dans des domaines tels que le transport, la conservation de l’eau et la réduction du carbone, selon l’avis publié sur le site Web de la commission.

La Chine a également déclaré qu’elle soutiendrait « le développement de l’économie de plateforme » en mettant l’accent sur l’investissement dans des projets clés tels que l’intelligence artificielle, le cloud computing et la blockchain.

De plus, les entreprises publiques seront encouragées à intensifier l’utilisation des nouveaux produits et technologies des entreprises privées.

Lire aussi : La croissance du PIB chinois rebondit à un rythme plus rapide au troisième trimestre

La semaine dernière, les responsables politiques ont promis que la croissance restait une priorité et qu’ils poursuivraient les réformes, afin d’apaiser les craintes que l’idéologie ne prenne le dessus, alors que le président Xi Jinping entame un nouveau mandat et que les strictes restrictions du COVID pèsent de plus en plus sur l’économie.

Lire aussi : La pression sur l’économie chinoise augmente, Pékin s’engage à maintenir sa croissance

D’ailleurs, le rapport publié par le centre de recherche de la Commission de Contrôle et d’Administration des Biens publics du Conseil des Affaires d’Etat a indiqué que « les entreprises d’Etat administrées par le gouvernement central de la Chine (China’s centrally administered state-owned enterprises, SOE) ont enregistré des progrès notables en matière de réformes et de résolution des problèmes au cours de la dernière décennie ».

Au cours de la dernière décennie, les SOE se sont renforcées et ont optimisé leur structure, leurs actifs combinés passant de 31.400 milliards de yuans (4.340 milliards de dollars) fin 2012, à 75.600 milliards de yuans fin 2021, selon les auteurs de ce rapport.

L’investissement total des SOE dans les industries émergentes est passé de 690 milliards de yuans en 2017, à 1.300 milliards de yuans en 2021. De plus, « les SOE ont relevé une série de défis institutionnels et procéduraux, et ont mené à bien la réforme de la gouvernance des SOE ».

« Alors que le pays continue de renforcer la supervision des actifs de l’Etat, les SOE ont apporté une plus grande contribution à la société en coordonnant le développement régional, ainsi qu’en promouvant la revitalisation rurale et la transition à faible émission de carbone du pays, entre autres », a indiqué le rapport.